20/10/2007

Haute sécurité : cycle 1 : Les gardiens du temple Tome 1 et 2 : Auteurs : Gihef & Callède Edition : Dupuis

haute securité1haute sécurité2Aleks est gardien de prison dans la Oregon State Prison à Templeton Bay. Pour tout dire, il est même fraîchement arrivé et n’a qu’une envie, c’est de prouver à ses collègues ce qu’il a dans le ventre et qu’il a bien sa place parmi eux. Ce n’est pas gagné d’avance face à cette brute de Skinner qui règne en maître sur les autres matons et qui entend bien l’être également face aux détenus.

Aleks va devoir apprendre les règles du monde carcéral et en particulier la fameuse loi du clan. C’est pourtant au sein même de cet univers particulièrement surveillé qu’un des détenus nommé Vélasquez va se faire assassiner. Au mur, inscrit avec son propre sang, une inscription « rat ».

Peu de temps après, un certain Williams est signalé comme n’ayant pas réintégré sa cellule et qu’après maintes recherches, il sera retrouvé mort, ligoté à l’ancienne chaise électrique. Particularité, un écriteau autour du cou avec à nouveau la même inscription « rat ».
L’affaire est trop grave pour ce contenter d’une enquête locale, le FBI va être donc mis sur la piste.
Pendant que l’enquête du FBI progresse, Aleks va rencontrer Maureen, jeune femme mélancolique perdue dans ses pensées, seule sur la plage. Dès que celle-ci va savoir qu’Aleks travaille au pénitencier, sa réaction va être explosive et elle va s’enfuir rapidement. Où faut-il chercher pour trouver le coupable ? Parmi les détenus ou alors au sein même des gardiens.
Y a t’il encore un brin de logique et d’humanité dans cet univers fait de violence et de haine.

Dans ce premier cycle édité en deux tomes, les éditions Dupuis nous donnent l’occasion de pénétrer dans le quotidien d’une équipe de gardien de prison aux Etats-Unis. L’univers carcéral y est décrit avec justesse et son évocation fait peur. Le dessin de Gihef est très agréable et permet de suivre le scénario de Joël Callède avec aisance. L’histoire tient la route et se lit comme un bon roman policier. Il s’agit là assurément d’une bonne surprise des éditions Dupuis.(Jean)

07:44 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : prison, gardiens, matons, vengeance, clan |  Facebook |

14/10/2007

Chinaman : T8 : Les pendus et T9 : Tucano Auteurs TaDuc & Le Tendre Edition : DUPUIS

chinamanchinaman2chinaman penduschinaman pendus2Tome 8 : Chinaman va bien malgré lui croiser la route d’un certain Zed dont il fera la connaissance d’une bien étrange façon. En effet, celui-ci va être trouvé pendu par les pieds, la tête en bas, entouré d’une colonie de vautours, ne demandant qu’une chose, c’est de fait ripailles de son gras. Il est vrai que Zed avait peut être un tout petit peu trop aidé la chance dans un jeu de carte.

Mais ce n’est pas le seul personnage particulier que Chinaman va découvrir sur son chemin.
En effet, et pour rester, dans la série des pendus, il s’en faudra d’un cheveu pour qu’un certain Horace Curry ne choisisse lui aussi la corde mais cette fois-ci autour de son cou, afin de mettre fin à une torture morale qui le ronge depuis un certain événement.
Cet évènement est un simple hold-up comme il en existait tant d’autres dans le western profond du Texas. Simple en théorie mais qui, très vite, a mal tourné.Horace est poursuivi par sa conscience mais également par tous les survivants de ce hold-up raté, en particulier Wild Catty et les frères Loring. On parle bien de survivants car en effet, eux aussi sont impitoyablement poursuivis par un homme sachant indiscutablement manier les armes à feux et qui s’est juré d’éliminer un par un tous les auteurs de ce hold-up.
Mais voilà, sait-on réellement où Horace Curry a planqué le pognon et peut-on réellement reprocher à Crawford de vouloir se venger pour le sort que ces bandits ont réservé à ses deux fils.

Tome 9 : Chinaman, Zed et Horace se dirigent vers Tucano.
Horace décide de quitter le groupe car sa seule présence peut laisser sous-entendre une complicité de Chinaman et de Zed dans ce fameux hold-up.Mais la traque continue. Wild Catty est bien décidé à retrouver Horace et au-delà de lui, son argent, mais elle sait que pour y arriver, il faudra passer par le stade d’éliminer Crawford.
Tucano va être alors au centre d’un échange de balles particulièrement meurtrier sur un fond de vengeance et d’appât du gain.
Horace Curry trouvera-t-il le moyen de soulager sa conscience au milieu de tant de haine et de violence ?

Cela fait très longtemps qu’il n’y a plus grand-chose à dire sur le dessin talentueux et juste de TaDuc, il est efficace, précis mais à la fois sans surprise, tout en étant un atout majeur dans cette série parue chez Dupuis.
Le scénario de Serge Le Tendre s’exprime ici sur deux albums, réalisant donc un diptyque cohérent. Cependant, il faut bien reconnaître que le scénario en lui-même n’a rien de bouleversant, en résumé, c’est l’histoire d’un mec qui cherche à buter tous ceux qui ont été de près ou de loin concernés par un hold-up qui a mal tourné au point d’emporter la vie d’un de ses fils.
C’est donc bien l’histoire d’une vengeance personnelle qui veut s’inscrire au-delà des lois, bref, l’indémodable combat entre le bien et le mal.

Ces deux tomes sont donc sans surprise, mais restent de très bonne qualité dans une série qui s’est fait tout doucement sa place dans le paysage western des BD actuelles.(Jean)

09:33 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : western, hold up, vengeance, texas, chinois |  Facebook |

21/01/2007

Rosangella : Auteurs : Corbeyran & Olivier Berlion /Edition : DARGAUD

rosangelinarosa2La recette est simple : Une mère de trois grands enfants, plutôt très bien conservée, quelques cicatrices au ventre et sur les cuisses qui font plus mal à l’âme qu’aux chairs, des coups et de la violence conjugale, un minable connard charmeur, une vengeance tardive qu’on n’attend pas, et puis, une envie très forte de prendre son destin à bras le corps. Vous saupoudrez le tout d’un peu de poussière, de misère, et de « c’est dur la vie » et vous obtenez cet album qui représente là une belle illustration d’un destin de femme.

L’album est tout sauf dépressif. Il est en fait bourré d’espoir et de croyance dans l’immensité de nos ressources même si parfois, elles sont bien cachées au fond de nous. C’est également un vibrant hommage aux forains, à tous ces gens qui, par leur métier, se doivent d’être toujours enthousiastes, généreux et dynamiques quelque soient les misères qui les rongent.

« Je souhaitais aborder la couleur différemment, non plus comme du remplissage de masse mais en l’intégrant complètement à mon trait pour le mettre en valeur. Je voulais que la couleur soit partie prenante du dessin, qu’elle sculpte elle-même ses propres contours. » disait Berlion !
Il a totalement réussi car il nous offre là une oeuvre tout en douceur et en pastels alors que le propos lui-même bouillonne de violence et de colère.

C’est un album gourmand de 90 pages qui se termine par trois planches où le calme et le bonheur transpire autant que ne le faisait le malaise dans les 87 premières pages. Tout cela a un prix, il est ici en l’occurrence de 15 € ! (Jean Evrard)

07/01/2007

Bouncer : T5 : La proie des louves : Auteurs : Boucq & Jodorowsky Edition : Les Humanoïdes associés

bouncer05bouncerplancheVous avez un copain fada de bons vieux westerns et vous voulez lui faire plaisir ?
Alors, vous n’avez qu’un seul achat à faire, c’est la série des 5 tomes de Bouncer !
Tout y est : les grands espaces, les indiens, les cow-boys, les saloons, les crapules, les juges pourris, les lâches, les putes, les bourreaux mais surtout la furie et la violence !
Tout ce qui fait qu’on jouera encore longtemps aux cow-boys et aux indiens en poussant un grand ouf de soulagement de ne pas avoir eu à vivre à cette époque là et dans ces contrées là !

Le dessin de Boucq est tout simplement majestueux et prouvent aux quelques derniers béotiens de cette planète qu’il sait tout très bien dessiner.

Faites attention, vérifiez vos colts et entraînez vous à dégainer rapidement avant d’ouvrir cette série (Jean Evrard)

15:04 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : western, serpent, vengeance, indiens, cow boys |  Facebook |

30/12/2006

L’étoile du désert : L’intégrale (2ème édition):Auteurs Desberg & Marini /Edition : DARGAUD

létoile du désertlétoile2Cinq ans après la sortie de la première intégrale de l’étoile du désert, Dargaud nous fait le cadeau de nous ressortir une deuxième édition de ce western particulièrement musclé. C’est réellement un cadeau car l’objet mérite largement d’être emballé dans un beau papier cadeau et être offert à Parrain (par exemple, évidement !)

L’intrigue est dramatique : Washington. 1870, Matt Montgomery occupe un poste important au ministère de l'intérieur. Un soir, il rentre chez lui et il découvre l’horreur. Sa femme gît sur les marches de leur maison, tuée de façon épouvantable tout comme sa fille qu’il retrouve également morte et totalement nue avec un étrange motif qu’une pointe de couteau a dessiné sur son sein gauche. Une sorte d’étoile ! Matt va alors se lancer à corps perdu sur la piste des tueurs, pour se venger peut être mais surtout pour comprendre le pourquoi de cette abomination !

Le dessin de Marini est toujours aussi généreux, juste et expressif mais ce qui frappe avant tout dans cet album, c’est la mise en couleurs qui est somptueuse et audacieuse. Prenez l’exemple du traitement de la neige. Comès disait que son dernier album « Dix de der » n’était pas uniquement en noir et blanc mais qu’il avait utilisé une troisième couleur à savoir la couleur neige ! La façon avait la quelle la nuit et la neige sont traités dans cet album est remarquable.(Jean Evrard)