11/02/2008

Sphère : T1 : Leyla : Auteurs : Perrotin & Libessart : Soleil

sphèressphères2Avril 2034, Espagne, campagne de San-Isidro.
Le forage d’un puits à la recherche d’une nappe phréatique va déboucher sur une découverte qui va changer la vie de Itza Holl, professeur d’archéologie de l’université de Berkeley en Californie. Certains vont rapidement lui donner le patronyme de « Lord Carnavon de San-Isidro ». Il est vrai que ce n’est pas tous les jours qu’on découvre un véritable sarcophage datant de la préhistoire et encore moins, à l’intérieur, un corps d’une jeune femme non seulement en parfait état de conservation mais vivant !

Cette survie extraordinaire de 35000 ans semble être liée à la présence d’une sphère détenue dans les bras de cette femme. Il semblerait que cette sphère soit de matière organique et d’une origine extra-terrestre. Le monde scientifique dans son entièreté va bien évidemment se passionner pour ce phénomène mais également l’armée à des fins beaucoup moins louables !
Profitant du réveil de cette femme préhistorique, une expérience d’hypnose régressive va permettre de constater d’autres pouvoirs surprenants de cette sphère.

Je ne vous cache pas que j’aime beaucoup cette nouvelle série. Le dessin est remarquablement clair et précis. L’histoire est originale et laisse la place à de multiples possibilités d’évolution. J’ai apprécié également le petit clin d’œil à Jeronaton et à son Champakou, album mythique de mon adolescence. Je vous laisse apprécier les comparaisons graphiques.

Voici encore un album qui nous permet de commencer cette année 2008 avec bonheur en s’impatientant déjà pour le tome 2 !

30/11/2007

Le manoir des murmures : T1 : Sarah : Auteurs : Munoz & Tirso & Montes Edition : Les humanoïdes associés

manoirmanoir2République Socialiste Tchèque, 1949.

Une femme médecin, du nom Dagma, semble mettre toute son énergie à s’occuper d’une petite Sarah. Sarah se souvient que ses parents et sa sœur ont été tués par le monstre. En fait, Dagma va expliquer à Sarah que ses parents n’ont pas été tués par un monstre mais bien par un virus créé par la résistance nazi, capable de rendre fou ceux qui en sont infectés et capable donc de les transformer en monstre.

Très vite pendant la nuit, Sarah va se rendre compte d’un va et vient bien étrange autour du bâtiment qu’on lui a expliqué être un hôpital. C’est également pendant la nuit que Sarah va faire la connaissance avec Milos, jeune enfant de son âge, qui lui fera alors rencontrer Jan et Marketa. Dès son entrée, Marketa va lui souhaiter bienvenue au manoir des murmures. Profitant également de la nuit, une voix va s’élever dans la chambre de Sarah, l’invitant à une promenade particulière afin de lui expliquer la vraie vérité. Elle fera ainsi la rencontre avec des monstres qui n’auront de cesse de la convaincre qu’elle est des leurs, tout comme Milos, Jan et Marketa. Ceux-ci vont d’ailleurs laisser exprimer certains de leurs pouvoirs surnaturels.

L’histoire débute, le décor est planté, le mystère commence à s’étoffer, bref, il s’agit là bien d’un album d’amorce. Un seul regret, les couleurs sont tellement sombres sur certaines planches qu’il faut vraiment se mettre sous une lumière vive pour pouvoir décrypter le talent graphique de Tirso. A noter qu’à la fin de l’album, il nous est donné la possibilité de parcourir un portfolio aux dessins étonnants. A suivre bien évidemment. (Jean)

Captain Biceps : Tome 4 : L’inoxydable : Auteurs : Zep & Tebo Edition : Glénat

captaincaptain24ème album d’un super héros pas comme les autres, confronté à devoir sauver le monde face à des menaces pour le moins variées et surprenantes. Il lui faut bien du talent et de l’inventivité pour vaincre les Canarizilla, Atomik mémé, ou encore les Combustion man.
On a même droit à une intervention du grand maître Gotlib, qui se prête totalement au jeu de notre Captain Biceps.

La folie et l’inventivité de Zep ont encore frappé, ce garçon est définitivement fou. Mais, quelle géniale folie, il y a un brin de Geluk dans cet esprit malade qui permet à cet album de regorger d’humour subtil et trash à la fois.

En un mot, j’adore même si je dois reconnaître que j’ai parfois du mal avec la mise en page assez peu conformiste.(Jean)