17/03/2008

Delta : T1 : L’anse aux crânes : Auteurs : Fonteneau Simonacci & Ricci Edition : Les humanoïdes associés

deltadelta2C’est au cœur du XVIIe siècle, quelque part dans le delta du fleuve de l'Orénoque. Que Gabriel Boissy d'Aigremont croupit depuis plusieurs jours dans un tonneau, à moitié immergé dans les eaux grouillantes de vermine. Il est séquestré par une bande de pirates qui espèrent bien en tirer une rançon importante auprès de son marquis de père. Lina, une jeune esclave indienne, va profiter de l’arrivée des herbes rouges et de la force du jaguar de son grand-père pour délivrer le nobliau français. Le reste ne sera que la rencontre entre la préciosité de l’aristocratie française du moment et les forces magiques du delta.

Amusant, bien dessiné et bien mis en page, bien servi par un scénario original qui donne furieusement envie de connaître la suite, ce premier tome est une réussite et laisse augurer de bonnes choses pour les prochains tomes. (Jean)

20:06 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orenoque, pirates, magie, indiens, rancon |  Facebook |

23/09/2007

Jimmy Jones – Tome I : Le Capitaine du Polyphème. : Auteur : Francesco Artibani et Alessio Coppola – Edition : les Humanoïdes associées.

Jimmyjimmy2Jimmy est le fils d’Eléonore, qui elle-même vit avec le commandant William Baker.Le problème c’est que Jimmy n’est pas le fils de William Baker. Pourtant, afin que soient respectée les traditions familiales, celui-ci met un point d’honneur à ce que Jimmy embarque sur le New Ingland, un splendide trois mats, afin qu’il débute sa formation de cadet.
Jimmy, par contre, n’a aucune envie d’embarquer sur ce trois mats.

Cependant, le jour de son anniversaire, Jimmy va recevoir la visite du notaire Johnson, qui lui apportera une lettre de son grand-père, lui-même décédé, qui lui confiera en héritage son plus précieux bien, à savoir la frégate Polyphème et son équipage. Jimmy en devient ainsi subitement le capitaine.

Cette nouvelle semble bouleverser la maman de Jimmy. Malgré celle-ci, Jimmy va embarquer sur le Polyphème et va prendre les commandes de la frégate et surtout de son équipage. Il va être aidé en ça par le maître d’équipage Pearl. Mais peut être devrions nous dire LA maître d’équipage. Son but sera de régner sur l’océan dans le calme comme dans la tempête, d’affronter les routes du destin le cœur solide, la main fermée, l’œil vigilant et de traverser sans peur les eaux les plus mystérieuses sans jamais reculer face à l’inconnu.

Un dessin de couverture particulièrement léché et rond, contrastant avec des traits plus vifs et plus anguleux au niveau de l’album.

Ce premier tome est visiblement la mise en place du décor et des principaux protagonistes, avec les trois dernières pages de l’album qui laissent supposer un développement de l’histoire dans un domaine plus fantastique.

Il faudra donc attendre le tome 2, afin de pouvoir se prononcer sur cette nouvelle série, qui semble contenir déjà tous les ingrédients propices à de nouvelles et belles aventures de piraterie.(Jean)

21:30 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pirates, flibusterie, trois mats |  Facebook |

23/06/2007

Long John Silver : T1 : Lady Vivian Hastings Auteurs : Xavier Dorison & Mathieu Lauffray Edition : Dargaud

long john1long john2A la fin du roman « l’île au trésor », R.L.Stevenson signale avoir perdu la trace de Silver, ce formidable marin à la jambe de bois. Il fallait donc une suite ayant pour héros ce fameux Long John Silver. C’est bien de cela que va nous entretenir cette nouvelle série du duo de choc Dorison et Lauffray.

Tout commence en 1785, aux confins du fleuve Amazone, Lord Byron Hastings, harassé et épuisé, va enfin découvrir la cité de Guyanacapac dont les richesses dépassent tout entendement. A l’autre bout du monde, son épouse volage, Lady Vivian Hastings, mène une vie pour le moins légère, prétextant que, depuis le temps, son tendre époux a du passer de vie à trépas. Son ventre légèrement rebondi atteste de ses égarements libidineux.
Jusqu’au jour où Edward, le propre frère de Byron déboule en compagnie de l’indien Moxtechica dans la demeure des Hastings. Il se présente comme mandataire plénipotentiaire de Lord Byron Hastings avec la mission précise de réunir 100.000 livres en vendant tous ses biens : meubles, titres, terres et manoir. Vivian, quant à elle, sera confiée au couvent Saint-William. Mais c’est sans compter sur le caractère fort de la dame qui n’a pas du tout envie de se voir dépouillée de l’or de la cité indienne. Elle va donc s’imposer sur le navire de l’aventure et également à son équipage mais non sans l’aide d’un fameux marin à la jambe de bois, prêt à tout pour de l’or.
Silver va composer un équipage à sa mode et quoique taraudé par les fièvres d’une vilaine malaria, il permettra au Neptune de fendre les flots à la conquête de l’or de Guyanacapac.

Assurément, l’album du mois. Un dessin brillantissime de Lauffray, une palette de couleurs majestueuse et un scénario qui donne envie, que demander de mieux ? On a hâte de connaître la suite de cette épopée qui s’annonce comme palpitante. (Jean)

27/01/2007

Albatros : T1 Shangaïé et T2 Mauvais oeil Auteurs : Vincent Edition : Glénat

albatros2Quatorze ans à peine dépassé, Ombeline, la nièce du gouverneur joue à ressembler à sa mère sur la scène d’un bordel de bourgeois et de notables. Elle fait l’ange sur les planches mais on voudrait bien qu’elle fasse plus sur les genoux de ces messieurs.
Seulement voilà, on ne la forcera pas et c’est par la fenètre qu’elle s’évadera de ce claque déguisé pour errer dans cette ville infestée de volatils de toutes plumes qui en arrivent même à attaquer les humains.
Il n’y a pas que des oiseaux qui volent dans le ciel, il y a aussi l’Albatros, sorte de bateau des airs surmonté d’un ballon dirigeable. L’équipage fait de pirates dans la plus belle tradition est dirigé de main de maître par une capitaine au joli nom d’Emerance. En quelques secondes et grâce à l’huile de bras, Ombeline se hisse dans le vaisseau et va chercher à s’imposer au sein de l’équipage malgré l’à priori négatif du capitaine. Pendant ce temps, en bas, la chasse est donnée car le gouverneur n’entend pas laisser s’envoler sa nièce ainsi. Le froid, le gel et les aléas de la navigation dans les airs feront le reste de l’aventure.

Je ne vais pas être le xième à vous parler de la similitude des traits du dessin de Vincent avec ceux de Loisel tant il est évident et que, finalement, cela n’a pas énormément d’importance.
Après un premier tome (Shangaïé) assez lent quoique tout aussi beau, le deuxième apporte l’altitude (au sens propre comme au sens figuré) que tout le monde attendait à l’histoire.
Et pour attendre, il faut dire qu’on a assez attendu. Pour rappel, le premier tome est sorti en janvier 2006 ! C’est encore pire qu’une grossesse ! Ceci dit, comme pour une grossesse, on est très content du bébé et j’engage tous les amateurs de belle et vraie BD à faire de la place dans leurs étagères pour cette série qui deviendra vite un classique du genre. (Jean Evrard)