13/11/2007

L’envolée sauvage : Tome 2 : Auteurs : Galandon & Monin Edition : Bamboo

envoléeenvolée2France 1941, l’empire allemand chasse le juif dans tous les villages, forçant ceux-ci à fuir et à se cacher. Simon, jeune orphelin fait partie de ceux-là. Son amour pour les oiseaux et sa fuite en avant va l’amener à élire domicile dans une grange habitée par des pigeons. Ce n’est qu’au petit matin qu’il va faire la connaissance d’Auguste, véritable colosse simple d’esprit et de sa mère, femme aveugle, qui va accepter d’héberger Simon en échange de menus services.
Auguste ne se rend pas compte de la valeur de l’étoile jaune qu’il vient d’échanger contre la longue vue. C’est fier comme Artaban qu’il va descendre au village arborant avec inconscience l’étoile jaune de Simon.Les représailles ne vont pas tarder et c’est dans ce contexte que Simon va rentrer en contact avec des résistants.
Sa connaissance des oiseaux et en particulier des pigeons voyageurs va aider grandement ceux-ci. Malheureusement, les miliciens collaborateurs vont très rapidement remettre la main sur lui et le faire monter dans ce train de déportation dont on sait, de nos jours, qu’il n’avait qu’une destination : l’enfer. Encore une fois, ce sont les oiseaux qui vont lui permettre de survivre dans l’univers impitoyable de ces camps de concentration.

Ce deuxième tome termine donc l’histoire poétique et dramatique de Simon, racontée par Galendon et illustrée avec talent par Arnaud Monin.La réalité dramatique de cette France tiraillée par la deuxième guerre mondiale est particulièrement bien dépeinte tant dans le scénario que dans le traitement graphique.

On y retrouve un savant mélange entre l’insouciance de l’enfance, certaines touches de poésie mais également la bêtise des hommes et leur cruauté.Cette histoire est définitivement belle même si elle est cruelle.

Je continuerai toujours de soutenir les auteurs qui permettront par leurs histoires de ne pas laisser l’oubli et la banalisation s’insinuer dans les mémoires des hommes.(Jean)

13/06/2007

Le ciel au-dessus de Bruxelles ....(après) : Auteurs : Bernar Yslaire Edition : Futuropolis

le ciel1ale ciel1le ciel2Je vous avais déjà fait part de toute mon admiration pour le premier tome paru en mars 2006 de ce diptyque magnifique de Bernar Yslaire. Je persiste et signe avec le deuxième volet paru en avril de cette année.

Tout est splendide. Tout d’abord, philosophiquement, ce Roméo et Juliette moderne est poignant de vérité mais alors et surtout d’atroces vérités, de celles qu’on vit malheureusement trop souvent au quotidien. La guerre, le terrorisme, le fanatisme religieux, la haine de l’autre, l’immoralité politique, tout cela contribue à dresser les tréteaux du grand théâtre de l’actualité spectacle. Se débarrasser des clichés et des a priori, se méfier des amalgames qui sont le terreau du racisme aveugle et non réfléchi, croire en l’homme et en ses valeurs, et surtout hurler son envie de paix et d’amour, voilà ce qui devrait occuper chaque instant de nos vies.

Ensuite, quelle démonstration de dessin même si certains, suspects peut être de pudibonderie, pourraient trouver choquant l’illustration très détaillée de l’acte sexuel entre nos deux protagonistes.
d'autre part, le mélange de bandes dessinées et de photos réelles issues, pour la plupart de véritables JT de l’époque, apporte une intensité au récit tout à fait saisissante.

Enfin, pour ces deux albums, la finition est encore une fois remarquable donnant à ces deux tomes un aspect presque précieux. Ce n’est jamais que la marque de fabrique de la maison Futuropolis. Chapeau ! (Jean)