04/10/2007

Thorgal : Tome 30 : Moi, Jolan : Auteurs : Rosinski & Y.Sente Editions : LE LOMBARD

thorgalthorgal2Jolan savait que Manthor avait exigé sa vie en échange de celle de Thorgal. Il savait qu’il allait devoir quitter ceux qu’il connaissait et ce qu’il connaissait. Il se doit maintenant de se tourner vers le destin exceptionnel qui l’attend, un destin fait d’immortalité que Manthor est prêt de lui offrir à une condition toutefois qu’il se montre à la hauteur de l’être d’exception à qui Manthor a envie de faire ce cadeau. La route sera longue, semée d’embûches et ouverte d’ailleurs à d’autres candidats mais voilà, seul deux pieds pourront fouler le seuil de l’initiation, seulement deux. Le défit est simple, atteindre le château de Manthor avant que le soleil de l’entre monde ne se couche deux fois.

En chemin, Jolan rencontrera Arnac mais aussi Draye. Ingvild les rejoindra bientôt. Tout ce petit monde va progresser à travers la forêt, tantôt partenaires, tantôt adversaires, mais toujours respectueux les uns des autres.

Induscutablement, tome charnière dans la saga des Thorgal, ce nouvel album marque l’entrée fracassante d’Yves Sente aux commandes du scénario.Il nous livre ici une histoire particulièrement bien charpentée, nous prouvant encore une fois qu’il est le sauveteur attitré des grandes séries de BD, le Bernard Tapis des situations désespérées par abandon des titulaires.
Cet homme a décidément bien du talent.

Mais, par contre, ce qui est le plus flagrant dans cet album, c’est la qualité irréprochable de la peinture de Rosinski. J’ai bien dit de la peinture et non pas du dessin, puisque comme lors de l’album précédent, la réalisation de ces planches est selon la méthode couleur directe.
Autant j’avais été agressé par certaines couleurs utilisées dans le tome 29, autant dans cet album ci, chaque planche est un véritable tableau à lui seul. Bonne nouvelle aux lecteurs et amateurs de Thorgal, vent neuf souffle à nouveau sur la plaine, il y a de l’énergie et du renouveau dans la série, ce qui va indiscutablement plaire aux inconditionnels du viking des étoiles. Thorgal n’est définitivement pas mort ! (Jean)

Interview du scénariste Yves Sente dans le Grand Morning :

  Interview Philippe Cantamessa - Yves Sente scénariste de Thorgal

07:18 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : immortalite, viking, defi |  Facebook |

07/01/2007

Le livre des Amortels : Tome 1 : La semeuse d’éternité et Tome 2 : L’ouvreur des chemins Auteurs : Fred Juret & Anne Ploy / Edition : DUPUIS

amortelsamortels2L’histoire des amortels commence avec Deanwn, un bébé picte qui se refuse à mourir en dépit des efforts de toute sa tribu : sacrifiée trois fois de suite sur l’autel de la mort, pour apaiser les divinités locales, elle revient systématiquement à la vie… Le bannissement semble inévitable pour cet être refusé par les dieux. Recueilli et élevé par une vieille femme, le bébé abandonné se mue en une adolescente vive, enjouée, et consciente d’être différente, dotée par ailleurs de dons un peu particuliers. Elle apprend donc auprès d’un druide un peu solitaire, Skiant, la magie druidique et l’art du combat… Mais Brennus, chef historique des Celtes, compte lancer une expédition vers le Sud, et n’entend pas se passer d’un conseiller comme Skiant. Et ses méthodes de recrutement sont quelque peu rudes. Mais là-bas, au sud, une autre magie est en œuvre, autour d’un objet magique, le « crâne de Postinius ». Et d’étranges liens se tissent entre la jeune Picte et le crâne convoité par nombre de gens…

Dans le monde celtique, dans la Grèce archaïque, en Afrique ou en Inde, les Amortels prennent conscience d'eux-mêmes et la lutte commence. Postunius, le crâne sacré, a commencé son travail de révélation et par lui, l'affrontement des premières civilisations débute. Déawn et son mentor, le druide Skiant, sont faits prisonniers par Abred et Brennus. Avides de pouvoir, ils veulent utiliser le Pharos, le manteau divin au pouvoir incommensurable. Face à cette puissance, Déawn prend conscience de sa condition d'Amortelle : elle ne peut pas tuer mais elle a le pouvoir de mener sa civilisation hors du chaos qui s'est emparé du monde.
En Afrique, un enfant-roi se met en chemin. En Inde, un guerrier sans armure et un enfant-monstre prennent part à la Grande Guerre, dont ils sortiront vainqueurs. À Delphes, au coeur du monde, Khepri lutte contre l'influence de Postunius, le crâne qui a déclenché la lutte finale. Dans le monde inversé, Ogma tente de suivre le destin de chacun et de reprendre prise sur le monde. Les combats font rage aux quatre coins de la planète. La lutte débute seulement..

J’avoue très humblement avoir été chercher toute cette littérature à gauche et à droite car personnellement, j’ai essayé par quatre fois de simplement suivre l’histoire de ces deux tomes ! Je n’y comprends rien et cela me soûle !
C’est d’autant plus dommage que je trouve que le dessin est intéressant même s’il persiste des erreurs de proportions.

Désolé mais je jette le gant car pour moi, l’histoire est incompréhensible ! (Jean Evrard)

19:24 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : crane, immortalite |  Facebook |