21/10/2007

Helldorado : Tome 2 : Esperar la muerte : Auteurs : Noé & Morvan & Dragan Edition : Casterman

helldoradohelldorado2Le Capitaine Abatirso règne en maître absolu sur son île perdue en plein océan Atlantique. Conquistadors et indiens se livrent une guerre sanglante mais ils ont également à lutter contre une terrible maladie qui ravage les deux camps.Abatirso utilise les indiens comme du vulgaire bétail d’expérimentation, poussant les plus vaillant à exterminer les plus atteints par la maladie. Tout n’est qu’horreur et atrocité.

Au même instant, dans la cité Syyanas, la jeune Initsiii, fille du grand prêtre Pavo-Caltan, s’investit totalement pour venir en aide aux plus malades. Elle connaît bien la maladie, elle en a payé un lourd tribu car perdre sa mère et son propre frère, c’est payer cher la maladie.
En attendant, le capitaine Abatirso continue à être encore plus dévastateur que la maladie elle-même.

Je reste très impressionné par le traitement graphique de cette série, la qualité du trait et le traitement des couleurs font de ces albums réellement quelque chose d’exceptionnel au sens propre du terme.
Il est vrai également que l’histoire en elle-même et la violence du récit ajoutent une dimension supplémentaire à cette histoire et rend cette série envoûtante.En un mot comme en cent, je suis un grand fan d’Helldorado et en particulier, un grand admirateur d’Ignacio Noé, qui prouve encore une fois qu’il n’y a pas que dans la vieille Europe que l’on peut trouver des talents indiscutables pour servir cet art difficile qu’est la bande dessinée. (Jean)

10:11 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conquistadors, indiens, ile, epidemie |  Facebook |

23/06/2007

Long John Silver : T1 : Lady Vivian Hastings Auteurs : Xavier Dorison & Mathieu Lauffray Edition : Dargaud

long john1long john2A la fin du roman « l’île au trésor », R.L.Stevenson signale avoir perdu la trace de Silver, ce formidable marin à la jambe de bois. Il fallait donc une suite ayant pour héros ce fameux Long John Silver. C’est bien de cela que va nous entretenir cette nouvelle série du duo de choc Dorison et Lauffray.

Tout commence en 1785, aux confins du fleuve Amazone, Lord Byron Hastings, harassé et épuisé, va enfin découvrir la cité de Guyanacapac dont les richesses dépassent tout entendement. A l’autre bout du monde, son épouse volage, Lady Vivian Hastings, mène une vie pour le moins légère, prétextant que, depuis le temps, son tendre époux a du passer de vie à trépas. Son ventre légèrement rebondi atteste de ses égarements libidineux.
Jusqu’au jour où Edward, le propre frère de Byron déboule en compagnie de l’indien Moxtechica dans la demeure des Hastings. Il se présente comme mandataire plénipotentiaire de Lord Byron Hastings avec la mission précise de réunir 100.000 livres en vendant tous ses biens : meubles, titres, terres et manoir. Vivian, quant à elle, sera confiée au couvent Saint-William. Mais c’est sans compter sur le caractère fort de la dame qui n’a pas du tout envie de se voir dépouillée de l’or de la cité indienne. Elle va donc s’imposer sur le navire de l’aventure et également à son équipage mais non sans l’aide d’un fameux marin à la jambe de bois, prêt à tout pour de l’or.
Silver va composer un équipage à sa mode et quoique taraudé par les fièvres d’une vilaine malaria, il permettra au Neptune de fendre les flots à la conquête de l’or de Guyanacapac.

Assurément, l’album du mois. Un dessin brillantissime de Lauffray, une palette de couleurs majestueuse et un scénario qui donne envie, que demander de mieux ? On a hâte de connaître la suite de cette épopée qui s’annonce comme palpitante. (Jean)