06/02/2008

Quelques pas vers la lumière : T1 : La géométrie du hasard : Auteurs : Bruno Marchand : Editions : Quadrants

quelques pasquelques pas2Marianne Bell travaille depuis trois ans au jardin des plantes à Paris. Elle reste influencée et intriguée par les rythmes de la vie et par ses cycles. Il faut dire que de grands évènements, parfois douloureux, ont émaillés et ce, tous les cinq ans et sept mois, l’histoire de sa famille. Elle semble également forte de l’image d’un père disparu mais avec l’image d’un homme idéal. Pourtant, le hasard de la vie va lui faire rencontrer un homme qui a très bien connu son père et qui va lui annoncer certaines vérités qui vont dans un premier temps ébranler l’édifice de certitude qui tournait autour de ce père idéal mais qui, par la suite, vont lui donner une énergie considérable pour partir sur le chemin de sa vérité !

A la lecture de cet album, j’ai un curieux sentiment d’avoir plongé dans un cocktail étonnant, mélange d’atmosphères rappelant celles des albums de Blake et Mortimer mais aussi celles de l’univers de Cosey dans des albums comme voyage en Italie ou à la recherche de Peter Pan. J’en veux pour preuve la couverture !On retrouve un « gaufrier » classique parfois très chargé, composé de dessins précis, très ligne claire. L’histoire comporte néanmoins des longueurs qui alourdissent parfois le dynamisme du récit.
On suivra le tome deux en espérant que l’auteur passera à la vitesse supérieure.(Jean)

08:05 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enquetes, cycle de vie, guerre, trahison |  Facebook |

15/01/2008

Mister President : Tome 4 : La guerre du Golfe Auteurs : CLARKE Edition : LOMBARD

mister presidentmister president2Désolé, mais je reste un inconditionnel de cette série ! J’adore l’humour caustique, ironique presque Monthypithonesque (à certains moments) de Clarke ! Cela reste didactique, totalement vrai sur le fond, à peine partisan mais extrêmement drôle ! Bien sûr, il faut avoir dépassé l’âge de la petite enfance pour comprendre toutes les subtilités des sujets traités mais qui a dit que la BD c’était fait pour les gamins en culottes courtes.
Le président des USA en prend encore pour son grade mais également tout son classique et habituel aréopage aux décorations fièrement arborées sur des thorax quelques peu fatigués. Je vous le dit, du petit lait, je bois du petit lait à chaque page.
C’est l’Amérique avec un grand A comme Abyssal. Abyssales comme le sont certaines de leurs bêtises au quotidien.

Et si le chanteur Renaud avait raison dans sa chanson sur ou contre Margaret Thatcher. Si l’espoir de cette grande nation était dans l’élection d’une femme à la présidence ? Think about that ! (Jean)

30/11/2007

Face contre ciel : Auteurs : Ozanam & Bandini Edition : Casterman

faceface2Busaras est un vieux fou qui tente de survivre tel un ermite dans ses montagnes.Il se nourrit de sa chasse ou du moins plutôt, il essaye puisque régulièrement ses pires ennemis, à savoir les oiseaux, arrivent plus vite sur les proies que lui.Il se décide alors à construire un épouvantail au pied duquel un piège infaillible va capturer les vilains volatiles. Ceux-ci seront alors soumis à la folie du vieillard, qui va les torturer avec une cruauté sans nom.
Il est vrai que Busaras revit les affres de la guerre, au temps où il était un militaire gradé, avec l’obsession et la croyance que certains de ses camarades sont morts par la faute des oiseaux.
Emporté par sa folie, Busaras fera une chute mortelle et dans le même temps, le vieil épouvantail prendra vie, devenant ainsi l’autre Busaras. Ce dernier revêtu de la peau du premier Busaras va alors être confronté à la ville, à ses dangers et à ses personnages à la fois charmeurs et ambigus.

Face contre Ciel est en fait la première bande dessinée de Bandini et pour un premier coup d’essai, c’est plutôt réussi. Il offre avec l’aide d’Antoine Ozanam une œuvre torturée, aux dessins écorchés, schizophréniques, fantastiques, qui rappellent pour certains l’univers d’un certain Giacometti.

Cette bande dessinée n’est certainement pas à mettre dans toutes les mains mais m’a personnellement envoûtée surtout par le côté très libre du trait de Bandini.(Jean)

07:46 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : folie, guerre, oiseaux, epouvantail |  Facebook |

04/10/2007

Amère Patrie : Tome 1 : Auteurs : Blier & Lax Edition : DUPUIS (Aire Libre)

amère patrieamère patrie2Tout semblait réellement séparer Ousmane Dioun, meilleur chasseur de la côte sénégalaise et Jean Gadoix, connu dans la commune de Roche Vialard comme habile braconnier.

Le premier se bat pour sa survie ainsi que celle de sa famille mais également contre les préjugés et les cruelles lois triballes de son pays. Le deuxième, quant à lui, affronte la lutte des classes du début du siècle dernier, empêchant Hubertine, l’étudiante en médecine à Paris, d’envisager de vivre pleinement son amour avec un simple paysan, fusse-t-il même nommé Jean Gadoit.

En plein milieu de la deuxième décennie de ce siècle particulièrement bouillonnant, les destins des hommes ne seront que simples fétus de paille dans le torrent tumultueux de l’histoire.

Remarquable est le qualificatif qui me vient en premier lieu à l’esprit lorsqu’il s’agit de qualifier cette nouvelle série parue chez Dupuis dans la collection Aire Libre.Le dessin est magistral, simplement beau, aidé en cela par une mise en couleur chaude et très appropriée.

Ce tome 1 est bien évidemment la présentation des protagonistes, la description du décor dans lequel ils vont devoir évoluer mais aussi et surtout un très beau rendu de l’atmosphère et des moeurs un peu trop rigoristes de cette vieille Europe, et en particulier de cette France des années 1910 – 1914. On y apprend bien des choses qui méritent réflexion.
En effet, comment la France bien pensante de l’époque pouvait-elle trouver scandaleux les velléités d’hégémonies d’un Hitler antisémite alors que le français moyen de l’époque considérait les hommes de race noire comme une sous-classe d’humains, juste bons à agrémenter le jardin zoologique d’acclimatation du bois de Boulogne. « De vrais sauvages ma bonne dame, juste de vrais sauvages ! »Rappelez-moi encore quel est celui qui a dit : « Au plus je connais les hommes, au plus j’aime les bêtes ».(Jean)

13/06/2007

Le ciel au-dessus de Bruxelles ....(après) : Auteurs : Bernar Yslaire Edition : Futuropolis

le ciel1ale ciel1le ciel2Je vous avais déjà fait part de toute mon admiration pour le premier tome paru en mars 2006 de ce diptyque magnifique de Bernar Yslaire. Je persiste et signe avec le deuxième volet paru en avril de cette année.

Tout est splendide. Tout d’abord, philosophiquement, ce Roméo et Juliette moderne est poignant de vérité mais alors et surtout d’atroces vérités, de celles qu’on vit malheureusement trop souvent au quotidien. La guerre, le terrorisme, le fanatisme religieux, la haine de l’autre, l’immoralité politique, tout cela contribue à dresser les tréteaux du grand théâtre de l’actualité spectacle. Se débarrasser des clichés et des a priori, se méfier des amalgames qui sont le terreau du racisme aveugle et non réfléchi, croire en l’homme et en ses valeurs, et surtout hurler son envie de paix et d’amour, voilà ce qui devrait occuper chaque instant de nos vies.

Ensuite, quelle démonstration de dessin même si certains, suspects peut être de pudibonderie, pourraient trouver choquant l’illustration très détaillée de l’acte sexuel entre nos deux protagonistes.
d'autre part, le mélange de bandes dessinées et de photos réelles issues, pour la plupart de véritables JT de l’époque, apporte une intensité au récit tout à fait saisissante.

Enfin, pour ces deux albums, la finition est encore une fois remarquable donnant à ces deux tomes un aspect presque précieux. Ce n’est jamais que la marque de fabrique de la maison Futuropolis. Chapeau ! (Jean)