04/11/2007

Le Mal : tome 1 : L’œil du mur : Auteurs : Py & Houot Edition : Glénat

mal1mal1aEn 1951, le Mal s’abattait sur l’Europe entière. Il pouvait s’agir de lésions cutanées rapidement purulentes mais aussi d’états de démence et d’hallucinations épouvantables. Le mal des ardents, comme on l’appelait, semblait se guérir au village Saint Antoine et ceux qui, grâce ou malgré l’amputation d’un membre, survivaient, avaient l’habitude de remercier Dieu en accrochant le membre amputé aux portes de l’église.

Quelle ne fut la surprise de Gilbert de retrouver, de nos jours, deux pieds et deux mains complètement nécrosés accrochés après la sainte croix du Christ du village. Y a-t-il un lien entre cet évènement et la présence du jeune Sonora qui s’est mis en tête de reconstruire sur une vieille ruine, sous le « gros mur », comme ils disent là-bas ? Et puis quel jeu joue Christine-Anne Carrierista, cette artiste délaissée par un mari trop absent, qui va rapidement laisser cours à ses pulsions avec notre jeune maçon en herbe ? Le jeune Marco l’aime bien aussi notre maçon, jusqu’au jour où Sonora va le retrouver prostré à coté d’une ouverture sous les décombres de son chantier. Un matos de spéléologue et l’affaire est joué, Sonora pénètre sous cette voûte en pierre !

Probablement LA couverture de l’année ! Totalement irrésistible et envoutante, elle force le curieux à prendre l’album en main et à feuilleter les premières pages. Superbe amorce.
Ce premier tome permet à Py de présenter les protagonistes, de planter le décor et de laisser s’insinuer une atmosphère mystérieuse. On sent Houot en totale jubilation quant il s’agit de croquer les tronches des habitants du village, flirtant presqu’avec la caricature grossière qui contraste avec le « ton » réaliste du reste de l’album. (Jean)

Le Mal : tome 2 : Nyctalope : Auteurs : Py & Houot Edition : Glénat

mal2mal2aLes scouts catholiques ont mis le village de Saint Antoine en réelle quarantaine. Ne rentre et ne sort plus qui veut, il faut montrer patte blanche !
Sonora, lui est plus intéressé par savoir ce qu’a donné l’analyse de pots découverts dans sa crypte. En chemin, il va, par chat écrasé interposé, faire la connaissance d’Yvonne aux chats, vieille folle à qui Marco prête des super pouvoirs !
Christine-Anne continue son jeu de séduction avec Sonora, en le traitant parfois comme un simple sex-toy. Elle semble cependant jouer un tout autre jeu avec le « très vénérable » dans des réflexions qui sont avant tout des principes d’une secte.Sonora va recevoir certaines confidences d’un villageois qui vont le ramener du temps de la guerre en 1943. Des officiers allemands seraient venus décharger un bien étrange chargement au sein même de la crypte. Une jeune femme l’a vu de ses yeux vu. Cette jeune femme était en fait notre Yvonne aux chats. Considérée comme une véritable sorcière par les villageois, elle va finir par se donner la mort.Mais quelque chose rôde sous la peau burinée de ce village !

Marchant toujours sur le fil pour ses caricatures des gueules des villageois, Houot reste fidèle à lui-même, réalisant encore une fois une couverture remarquable et remarquée ! Quant à Py, il aborde tout en finesse d’autres thèmes que ceux de l’histoire principale tels le fanatisme, les sectes et l’intolérance.

Je me réjouis de lire le dernier et 3ème tome, intitulé « super manne » pour enfin connaître la fin de cette série et pour apprécier encore j’espère, une nouvelle couverture choc ! (Jean)

21/10/2007

Helldorado : Tome 2 : Esperar la muerte : Auteurs : Noé & Morvan & Dragan Edition : Casterman

helldoradohelldorado2Le Capitaine Abatirso règne en maître absolu sur son île perdue en plein océan Atlantique. Conquistadors et indiens se livrent une guerre sanglante mais ils ont également à lutter contre une terrible maladie qui ravage les deux camps.Abatirso utilise les indiens comme du vulgaire bétail d’expérimentation, poussant les plus vaillant à exterminer les plus atteints par la maladie. Tout n’est qu’horreur et atrocité.

Au même instant, dans la cité Syyanas, la jeune Initsiii, fille du grand prêtre Pavo-Caltan, s’investit totalement pour venir en aide aux plus malades. Elle connaît bien la maladie, elle en a payé un lourd tribu car perdre sa mère et son propre frère, c’est payer cher la maladie.
En attendant, le capitaine Abatirso continue à être encore plus dévastateur que la maladie elle-même.

Je reste très impressionné par le traitement graphique de cette série, la qualité du trait et le traitement des couleurs font de ces albums réellement quelque chose d’exceptionnel au sens propre du terme.
Il est vrai également que l’histoire en elle-même et la violence du récit ajoutent une dimension supplémentaire à cette histoire et rend cette série envoûtante.En un mot comme en cent, je suis un grand fan d’Helldorado et en particulier, un grand admirateur d’Ignacio Noé, qui prouve encore une fois qu’il n’y a pas que dans la vieille Europe que l’on peut trouver des talents indiscutables pour servir cet art difficile qu’est la bande dessinée. (Jean)

10:11 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : conquistadors, indiens, ile, epidemie |  Facebook |