17/03/2008

Quartier Lointain : L’intégrale : Auteurs : Jirô Taniguchi Edition : Casterman

quartierquartier2Revenant d’un voyage d’affaire, Hiroshi va, bien malgré lui, monter dans un train qui va l’amener au village de son enfance. Ses pas vont ensuite le guider vers le cimetière où repose sa maman. C’est en se recueillant sur la tombe de celle-ci qu’il va faire un malaise et que l’invraisemblable va se produire. Il va se réveiller quelques 30 ans auparavant avec le corps de quand il avait 14 ans. Son esprit lui est bien resté celui de l’homme d’affaire de 43 ans qu’il était en voyage à Tokyo. Il va donc pouvoir revoir sa mère et son père ainsi que tous ceux qui ont compté de près ou de loin dans son adolescence. Lui connaît l’avenir de toutes ces personnes et la question est de savoir si il aura la possibilité et le droit d’influencer le destin de celles-ci.

Je ne résiste pas à l’envie de braquer à nouveau les feux du projecteur sur cette intégrale d’une des pièces maîtresses de l’œuvre du maître du manga, Jirô Taniguchi. C’est en passant dans les allées de la foire du livre de Bruxelles que j’ai redécouvert cette histoire toute en douceur et en sensibilité. Il y a quelque chose d’apaisant dans les livres de Taniguchi. Peut être est-ce le simple fait de parler de l’enfance ou bien, d’aborder des thèmes qui sont universels, toujours est-il qu’on est toujours très bien, blotti au milieu de ces histoires.

Assurément, une bonne idée de cadeau pour quelqu’un qu’on aime bien et avec qui vous avez envie de partager quelques moments nostalgiques sans violence déplacée. (Jean)

19:54 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfance, destin |  Facebook |

07/02/2008

Rémission Auteurs : Cossu & Swolfs & Paitreau Edition : Soleil

rémissionrémission2Miss Angie a rendez-vous avec son père au chalet de son enfance, méticuleusement préparé et remis à neuf par « Old Joe ». Mais c’est également un rendez-vous avec ses souvenirs et ses démons. La poudre blanche sniffée à plein nez ne permet pas toujours de faire le vide et d’oublier. Angie a beaucoup de choses à dire à son père, des mises au point qui auraient dû avoir lieu, il y a bien longtemps. Rien de tel que la montagne, son calme et son isolement pour constituer le décor de cette rencontre. Mais comment faire la différence entre rêves, cauchemars, réalités ou mauvais trips ?

Yves Swolfs est visiblement en forme dans son activité de scénariste. Il nous livre là un récit solide et très sombre à la fois. Ili nous démontre encore une fois à quel point l’enfance est une période de la vie pouvant conditionner parfois dramatiquement les années qui suivent.

Mais la bonne surprise de l’album reste le travail graphique remarquable de Cossu aidé magistralement par la mise en couleurs de Stéphane Paitreau.

En résumé, album intéressant à plusieurs niveaux mais certainement pas pour faire travailler nos zygomatiques ! (Jean)

03/02/2008

L’œil était dans la tombe : Auteurs : Christian De Metter / Edition : Casterman

l'oeill'oeil2Un maître-chanteur terrorise Jeanne, enceinte des œuvres de Patrick, jeune chef d’entreprise ayant pignon sur rue. Il menace de révéler au grand public que Jacques, le père de Patrick, pilote automobile de grande réputation, n’était rien d’autre qu’un méprisable pédophile. Patrick décide donc d’éliminer ce salaud avec une cruauté sans nom ! Ce sera le début d’un engrenage morbide dont les racines sont peut être à chercher dans la relation amour-haine que Patrick avait avec son père. Et puis, ce n’est pas simple de composer avec une mère qui se suicide quand on a sept ans. Cela ne pardonne quand même pas le tournevis planté dans l’œil de ses victimes ! Vous avez bien lu, de ses victimes !

Une fois dépassé le style graphique très particulier de De Metter, on est accroché avec ses tripes à l’histoire de cet album. On sent une lente montée en puissance à chaque page tournée. L’atmosphère devient de plus en plus glauque sur un fond de folie réactionnelle. Exceptionnel ! Comme quoi un bon scénario permet de faire quelque peu oublier un dessin auquel on n’a pas l’habitude d’accrocher.

A ne pas mettre dans toutes les mains mais il s’agit là d’une œuvre forte et perturbante. (Jean)

21:49 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : enfance, meurtres, pedophile, folie |  Facebook |

30/10/2007

L’idiot : Tome 1 : Auteurs : Kang Full : Edition : Casterman

l'idiotl'idiot2Ji-rho est une jeune femme coréenne qui a, depuis longtemps, quitté son quartier de son enfance à Séoul pour les Etats-Unis afin de se consacrer pleinement au piano.
Après plusieurs années d’absence, elle ressent une réelle difficulté dans la maitrise de son art et, étrangement, se sent attirée vers les lieux de son enfance. De hasards en hasards, de rencontres en rencontres, elle va retrouver tous les protagonistes de l’époque de l’école. En particulier, elle va retrouver celui qu’on surnommait « l’idiot », un certain Seung-Lyong. Ce dernier va lui faire revivre tous les évènements importants de son enfance et surtout lui apporter un éclairage qu’elle ne soupçonnait pas. Plusieurs destins vont se croiser avec des fortunes diverses dans des contextes psychologiques parfois extrêmement douloureux.
Tout le monde a une influence sur tout le monde et tout le monde souffre à sa manière dans son coin. Est-ce qu’être idiot n’est pas simplement avoir la faculté de voir les choses avec les yeux du cœur ?

Cent fois j’ai du me forcer à parcourir les premières pages de ce nouvel manhwa de Kang Full tant il est à l’opposé de l’archétype classique d’une bande dessinée traditionnelle. Le format, l’absence de cases voire de phylactères, la parcimonie des dessins par page, l’impression de ne faire que tourner des pages pour essayer de suivre l’histoire, un dessin très peu travaillé et des couleurs plates et sans nuance, tout me faisait fuir ! Puis lentement, je me suis laissé prendre par le fil narratif en oubliant tout ce que je viens de décrire et j’ai découvert un récit intimiste, nostalgique, dramatique et tendre à la fois. A tel point que je me réjouis de lire la suite et fin de cette histoire dans le tome deux.

Je serais très curieux de voir ce qu’aurait donné ce genre de scénario s’il avait été confié à des dessinateurs comme Hermann, Cosey ou Parnotte.

Sachez enfin que Kang Do-young dit Kang Full possède un site internet, www.kangfull.com, qui mérite une petite visite, mais uniquement si vous parlez le coréen et que cet album, tout comme « l’appartement », a fait l’objet d’adaptations cinématographiques. (Jean)

17:13 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seoul, coree, idiot, etoiles, enfance, piano |  Facebook |