17/03/2008

La porte du ciel : Auteurs : Sicomoro & Makyo Edition : Dupuis (Aire Libre)

porteporte2Manu, Julie et Anna sont trois adolescentes qui pour marquer le coup en réaction à la violence familiale et l’anonymat urbain indifférent, ne trouvent rien de mieux que de fuguer ensemble. Elles ont déjà en commun une ou l’autre tentative de suicide qui fait qu’on les surnomme les japonaises. Manu propose alors de se cacher dans une maison forestière, ancienne propriété de son grand-père. La région regorgeait à l’époque de menhirs dont il ne reste plus que trois exemplaires caractérisés par un signe sculpté représentant « une porte au ciel » c'est-à-dire une possibilité de communiquer avec les morts. Or, une de ces trois menhirs se trouve dans la cave même de la maison.
Au détour d’une ballade, Julie va faire connaissance d’un voisin artiste peintre, qui, inlassablement peint chaque année le portrait de sa fille disparue huit années auparavant, en prenant soin de la vieillir au fil des années. La ressemblance avec Julie est pour le moins troublante.
Le grand jeu de cache-cache avec les gendarmes a commencé !

Attention, chef d’œuvre en cours !

Prévu en deux volumes, Makyo signe ici une trame narrative très riche. Il définit lui-même trois axes de force dans ce récit. Le premier est basé sur la douleur générée par la disparition d’un enfant, le deuxième par le monde de l’adolescence et le sens de la fugue et le troisième sur une méditation sur la vieillesse et la mort. Réalité et imaginaire vont s’entrecroiser pour définir une autre réalité. Pour reprendre Makyo lui-même : « Le récit fantastique apparaît alors, peut-être, comme un antidote possible au désenchantement secrété par l’inopérativité de la pensée rationnelle pour comprendre et intégrer l’apparente disparition du vivant. »

Quant au talent graphique de Sicomoro, il nous laisse sans voix avec un dessin hyperréaliste aux couleurs directes, mêlant la douceur et le velouté de l’aquarelle aux traits sensuels et sensibles du crayonné.

Vivement le tome 2 (Jean)

25/02/2007

Les nombrils : T2 : Sale temps pour les moches Auteurs Delaf et Dubuc Edition : DUPUIS

les nombrilsnombril2On sait que le monde de l’adolescence est terriblement cruel et difficile mais on ne s’imagine pas combien la lutte est farouche entre les adolescentes. Tous les coups sont permis pour évincer la concurrente. Jalousie, traîtrise, mensonges, coups bas, mesquinerie, futilités sont monnaie courante dans l’univers impitoyable de nos chères ados.
On oscille constamment entre « salope » et « pétasse », tout cela dans la course aux garçons mais aussi dans celle de rester séduisante, mince et belle.

Vous savez quoi, en tant que mec, j’ai bien peur que rien ici ne soit inventer ! J’avoue être très content d’avoir quelques chose dans le pantalon et d’échapper ainsi à cette terrible jungle féminine !

J’aime beaucoup cette série car elle a su créer une réelle identité, une nouvelle signature, un graphisme reconnaissable entre tous.(Jean Evrard)

09:53 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : adolescence, adolescentes |  Facebook |

07/01/2007

Le journal de Camilla T1 : Auteurs : Murail & Laurel. Edition : Vents d’Ouest

camillacamilla2Camilla se trouve des oreilles à la Dumbo, un tarin de buse, des bubons de crapaud, des nichons de limande, un père rocker et une soeur intello-démente et en plus, sa mère lui demande si cela lui plairait d’avoir un petit frère ! C’est dire l’enfer qu'elle vit !

Il parait que cet album est un sorte de recueil des tracasseries et préoccupations que peuvent avoir nos adolescentes chéries. Je ne savais pas, personnellement, que l’adolescence commençait vers 8 ans car nos 12-14 ans actuelles sont vraiment dans d’autres trips que ceux-là !! Question dessin, on ne voit que les yeux tant ils sont énormes ! Ah Manga, quand tu nous tiens ! (Jean Evrard)

14:28 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : adolescentes |  Facebook |