03/03/2008

Crémèr et le maillon faible de Sumatra Auteurs : Vandermeulen & Casanave / Edition : Dargaud (Poisson Pilote)

crémèrcrémèr2Tout commence par un vomissement de Jessica, la chienne fidèle du commissaire Crémèr sur le pont de ce navire de 250 pieds. En croisière avec son, tout aussi, fidèle adjoint Lucas, Crémèr fera la connaissance avec certains personnages érudits avides de débats scientifiques sur l’origine de l’homme et ses liens avec Dame Nature. Puis, lors d’une escale forcée à terre pour cause d’avarie, survient un accident mortel pour un de ces cerveaux bouillonnants. Mais est-ce vraiment un accident ou le fait d’un coupable mi-singe, mi-homme ? La seule vraie question n’est-elle pas justement de savoir si cette créature est bien humaine ou non ? Sommes nous en présence du fameux chaînon manquant ? Est-il animal, et donc irresponsable, ou humain, et donc coupable ?

Déjanté, loufoque, surréaliste, philosophique, métaphysique, grotesque, décalé, absurde, voilà, en vrac, les qualificatifs qui viennent à l’esprit à la fin de ce récit. On reconnaît l’influence de Larcenet dans les traits jetés sur le papier par Casanave mais c’est dans le scénario qu’il faut y voir l’originalité de cette nouvelle série. On va adorer ou on va détester et en ce qui me concerne, j’aurais tendance à attendre un deuxième tome pour me faire une idée précise tout en affichant un a priori positif de départ.(Jean)

07:40 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chainon manquant, meurtres, singe |  Facebook |

Canardo : T17 : Une bourgeoise fatale Auteurs : Sokal / Edition : Casterman

canardocanardo2Dans la course à l’élection au siège de futur sénateur-maire de la ville, il s’agit d’être, ou du moins, de paraître irréprochable aux yeux des électeurs. C’est la raison pour laquelle, Marcel Dubonot s’inquiète un peu des activités amoureuses et hypothétiquement adultérines de Marie-France, sa chère et tendre épouse. Il va confier la filature à l’inspecteur Canardo en espérant ainsi confondre sa volage moitié. Cependant, dans le même temps, Canardo se laissera distraire par une série de meurtres commis dans la ville que son ami Garenni a bien du mal à débroussailler. Comme toujours, la clef du problème réside dans le mobile des crimes et c’est là qu’on se rend compte que le monde est bien petit.

Pas très original, pas très drôle, graphiquement sans surprise, bref pas terrible ! Je dois reconnaître que l’inspecteur Columbo « version canard » commence à m’étourdir tant j’ai l’impression qu’il tourne en rond. Je ne retiendrai que deux choses de l’album : Premièrement, le son du portable de Canardo qui fait donc « Digledu ! Digledu ! » et deuxièmement, le clin d’œil à la politique française du moment et à son président dans ce dialogue : « ..Les gens ne votent pas pour les laids !..Ils votent bien pour les petits… » (Jean)

12/02/2008

Jeremiah : T28 : Esra va très bien : Auteurs : Hermann : Dupuis (Repérages)

jeremiahjeremiah2Neuf têtes de vieux coupées, déposées en pleine ville en moins d’un an, voilà devant quoi le maire de cette ville est confronté. Cela devrait suffire largement aux adjoints du susdit maire pour s’occuper mais au lieu de cela, ils s’en prennent à nos deux héros, Kurdy et Jeremiah qui, bien entendu, ne se laissent pas faire ! Quand stupidité, orgueil et vanité s’en mêlent cela peut donner la traque la plus collante qui soit pour nos deux amis.

Toujours et encore du talent à l’état pur. Je vous invite à découvrir la maîtrise de la pénombre d’Hermann en parcourant les pages 27 à 33 de cet album.

Cependant, je dois bien reconnaître que l’histoire m’a un peu déçu par son manque d’épaisseur. En fait, mis à part la chasse à l’homme, ou plutôt aux hommes, il n’y a pas grand-chose comme scénario hormis le mystérieux meurtrier des petits vieux. Cependant, il est vraiment trop mystérieux pour en être intéressant.

Néanmoins, je reste toujours sans voix devant celui que je considère toujours comme le grand maître actuel de la BD classique : Monsieur Hermann !(Jean)

20:35 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vieux, traque, policiers |  Facebook |

Gemelos T2 Marchand d’anges : Auteurs : Galandon & Benevento : Bamboo (Grand angle)

gemelosgemelos2César ou Fernando ? Fernando ou César ? Plus personne ne sait vraiment sauf les intéressés évidemment et en particulier César qui a ainsi simplement sauvé sa peau en rentrant dans celle, particulièrement confortable, de Fernando. C’est bien à Fernando alias César que son père croit présenter Oscar, un soi-disant grand monsieur de la finance. Celui-ci estime en le voyant que son « RBB » a bien du caractère. Que voulait-il dire par « RBB » ?

Fernando et César vont finir par se rencontrer et même unir leurs forces pour se dresser contre les trafiquants d’organes, les marchands d’anges mais aussi contre Andrès et sa clique !
En fait, comprendre le lien entre Javier Jamarillo, Diego et le fameux Oscar donnera l’explication du « RBB » à nos deux « gemelos » mais déclenchera dans le même temps une vague de vengeance teintée de dégoût !

Un peu confus dans le scénario, cette histoire reste très morbide mais malheureusement inspirée de faits réels. Il existe bien de nos jours des organisations criminelles qui se font des gros portefeuilles sur ce genre de trafics. Coté graphisme, je regrette un peu la similitude des personnages qui semblent presque tous « gemelos » ce qui rend parfois difficile la lecture du récit.

Je reste néanmoins positif vis-à-vis de ce diptyque. (Jean)

Dilbert : T2 : Le harcelement continu : Auteurs : Scott Adams Edition : Dargaud

dilbertdilbert2Recueil de strips sur la vie d’un informaticien d’une multinationale américaine prévus pour la presse, cet album est tout sauf intéressant. J’ai beau chercher mais je ne trouve ni humour, ni bon mot, ni tentative d’une certaine philosophie de comptoir ou plutôt de bureau !

A laisser bien au frais dans les présentoirs ! Soyez heureux, vous voilà plus riche de ne pas avoir dépensé vos sous pour ce genre de produit creux !(Jean)

20:19 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

11/02/2008

Borderline : T1 : Les mots de la nuit : Auteurs : Alexis Robin & Nathalie Berr : Bamboo (Grand Angle)

borderlineborderline2La vraie panne d’inspiration, voilà ce que vit cruellement Fernando Villa, écrivain laborieux. Panne d’inspiration ou manque de talent ? La grande remise en question personnelle est en cours et n’arrange rien au niveau de la création. Il faut se secouer et quoi de mieux pour se secouer qu’aller faire la fête avec les copains chez Marco. Il y a toujours des filles chez Marco mais cette fois-ci, il y a aussi quelque chose de spécial ramené du Chili, appelé tocohuaca. Cela se fume et cela fait, parait il, passer une bonne soirée.

L’expérience va être étonnante pour Fernando puisqu’en se réveillant le lendemain, il va retrouver le sol de son appartement jonché de feuilles de papier sur lesquels il a visiblement écrit les deux ou trois premiers chapitres de son prochain livre. Le problème, c’est qu’il a fait cela totalement inconsciemment et qu’il a maintenant bien difficile de terminer son livre. Il lui faudra en fait encore deux « transes » pour écrire le mot fin.
Quelques jours après la parution en librairie de son nouveau roman, son éditeur lui annonce qu’ils ont un procès pour diffamation car Fernando aurait utilisé le nom d’un personnage existant réellement pour un de ses personnages psychopathe, violent et meurtrier.

Une fois passé la surprise de retrouver Jean Reno sous les traits de ce Fernando Villa, l’histoire est assez originale et me plait beaucoup dans son aspect « non-sens ». J’aime imaginer le développement d’autres histoires et suis assez curieux de voir venir le tome 2 de cette série. (Jean)

Le grand mort : Auteurs : Loisel & JB Dlian & Mallié & Lapierre : Vents d’ouest

grand mortgrand mort2Une maison perdue à Traoudec, en pleine Bretagne profonde, c’est ce qui est de mieux pour se concentrer sur son blocus de vacances afin de préparer sa maîtrise de sciences éco.
C’est assurément ce que pensait Pauline, une étudiante parisienne. Elle ne savait pas que la « deuche » prêtée pour l’occasion allait tomber en panne et encore moins que ces circonstances allaient lui permettre de rencontrer un jeune garçon métissé du nom d’Erwan et son fameux grimoire.
Elle va ainsi prendre connaissance de l’existence du petit peuple et de son monde parallèle et après avoir maugréé tant et plus, de rencontrer maître Cristo. Elle finira même par accepter de se faire mettre une larme d’abeille dans l’œil et à partir de là, tout va basculer pour elle !
Peste, râleuse, casse-pieds, corrosive, Pauline a vraiment tout pour plaire. Pourtant, elle devra se conformer aux règles de ce nouveau monde.

Album magistral en tous points ! On est évidemment pas surpris de retrouver les ingrédients chers à Loisel : le monde parallèle, les petits êtres, l’aventure et le coté féerique. Ensuite, la qualité du dessin qui est remarquable et donne à l’album toute sa force. Il est vrai que c’est l’album d’amorce mais je suis convaincu que nous sommes à l’aube d’une nouvelle très belle série qui enchantera bien des lecteurs. Vivement les tomes suivants.

Messieurs les bédéphiles, voici un album à ne pas manquer !(Jean)

07:54 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bretagne, grimoire, monde parallele |  Facebook |