05/09/2006

W.E.S.T. : tome 3 : El Santero :Auteurs Rossi & Dorison & Nury /Edition : DARGAUD

Décidément Cuba demeure une source impressionnante d’inspiration pour nos auteurs de bandes dessinées préférés. Après la série Luka et son secret défense chez Dupuis, nous voici de retour sur l’île mystérieuse avec cette fois ci, des relents de vaudous, de pseudo morts et de cadavres qui se relèvent pour s’opposer au joug de l’Oncle Sam. Quoi de plus délectable pour l’agence W.E.S.T. et son patron de la première heure, Morton Chapel ?

L’histoire est envoûtante, inquiétante et effrayante à la fois. Islero, le sorcier vaudo, aurait-il participer à l’élaboration du scénario ? Quant à Rossi, il démontre encore une fois qu’il reste toujours dans le peloton de tête des grands dessinateurs de BD actuels. Les couleurs sont magnifiques comme d’ailleurs la couverture.

Pour rappel, W.E.S.T., sont les initiales de Weird Enforcement Special Team.avec Weird pour surnaturel, étrange et Enforcement pour exécution, mise en application.

Et puis on dira encore que lire des « Mickey », c’est de l’anti culture et c’est perdre son temps !!(Jean Evrard)

20:24 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Luka : Secret défense : Auteurs : Mezzomo & Lapière / Edition : DUPUIS

Saviez-vous que pratiquer le football peut être très dangereux pour la santé ? Surtout quand vous êtes un jeune cubain de 16 ans dont le père, anticastriste de façade, est en réalité un procastriste dans l’âme.

Ce sera plus avec des balles que l’on va jouer qu’avec de simples ballons et la raison d’état est bien mauvaise conseillère en terme de stratégie footballistique.
Heureusement on a pensé à faire appel au bon sens de Luka pour sauver le match ! Comment cela, quel match ? Et bien celui de la survie des uns et des autres !

J’adore !! Mezzomo est un grand maître du graphisme beau et clair avec certaines allures de Manara. Tout est fluide et efficace. Quant au scénario, sans être décoiffant, il se suit avec plaisir. La série nous a déjà, dans le passé, habitué au diptyque, donc pas de grande surprise.

Voilà donc un bon achat d’une valeur sûre et de qualité. (Jean Evrard)

20:22 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/09/2006

Le triangle bleu :Auteur : Albert Weinberg Edition : LE LOMBARD

Dan Cooper, le célèbre pilote d’avion canadien, va décoller pour la première fois en 1954 de la main de monsieur Weinberg, liégeois d’origine, lui même né en avril 1922. La série a donc un peu plus qu’un demi siècle. On y retrouve évidemment tous les ingrédients qui faisaient la signature de la bande dessinée franco-belge du moment : un dessin réaliste à la E.P.Jacobs, des phylactères rectangulaires, un sérieux scientifique et un goût immodéré pour l’aventure et pour la science fiction.

Le lombard a bien raison de faire figurer cet album dans sa série « Millésimes », réunissant en un livret non seulement « le triangle bleu » mais également « le maître du soleil » qui lui aussi est un petit bijou de création.

Avez vous remarqué qu’en plus de cent planches pour les deux histoires, il n’y a pas le moindre dessin de femmes, même une petite secrétaire en arrière plan !

C’est que c’est de la vraie aventure d’hommes, mon bon monsieur et nous le valons bien !(Jean Evrard)

07:57 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Les tuniques bleues : tome 50 : La traque Auteurs : Lambil & Cauvin / Edition : DUPUIS

La fureur des combats ont très souvent eu raison du patriotisme de certains soldats qui, en plein coeur de la bataille, n’hésitent pas à déserter. Cela ne fait pas les affaires du général Grant qui constate que ce phénomène touche également les rangs de ses officiers supérieurs. Un comble !!Blutch et Chesterfield vont être commissionnés pour retrouver ces traîtres à la nation et les ramener dans les rangs de l’armée nordiste ! Un autre comble !!

Mais voilà, il y a aussi des déserteurs chez les sudistes, ce qui va compliquer sérieusement les choses.

Quel est le lien qui existe entre les tuniques bleues et Bessy, Néron, Bob et Bobette, Buck Danny, Chick Bill, Ric Hochet, Michel Vaillant, Lucky Luke et bientôt Spirou et Fantasio ? Tout simplement, ce sont les seules séries a dépasser les 50 albums. Ceci témoigne d’une popularité évidente mais aussi d’une imagination sans borne pour leurs auteurs.

La guerre de Sécession n’a duré que 5 ans mais nos tuniques bleues préférées, elles, nous accompagnent depuis 1972 soit depuis 34 ans ! Chapeau bas Messieurs Lambil et Cauvin !!(Jean Evrard)

07:55 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/09/2006

Leçon de choses : Auteurs : Gregory Mardon / Edition : DUPUIS

Il est bien connu que le même évènement peut être vécu tout à fait différemment d’une personne à une autre en fonction de son passé, de son présent mais aussi de son imaginaire. Si il y a bien une période où l’imaginaire est puissant, c’est bien la petite enfance. Jean-Pierre Martin a huit ans et de l’imagination, il en a à revendre au point que de simples faits de tous les jours sont vécu par lui comme des grandes aventures, des énigmes ou des grands drames. Pourtant vu de l’extérieur, rien d’extraordinaire hormis le monsieur que maman voit en cachette de papa.

Il y a du Philippe Delerm dans cette histoire. L’art de raconter les choses simples de la vie et, au travers son petit héros, nous transporter vers notre enfance à nous tous. C’est très difficile de raconter le banal du quotidien et encore plus de le faire avec tendresse, poésie et justesse à la fois. Grégory Mardon réussit ce challenge avec une sensibilité et un talent indéniable.
Quand on referme cet album, on a un sentiment de « chaud au coeur » bien agréable. On en oublierait presque que le dessin reste très enfantin mais bon n’est ce pas le sujet ? (Jean Evrard)

07:30 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

31/08/2006

Du papier faisons table rase : Auteurs : Chauzy & Jonquet / Edition : Casterman

Ah !! L’administration, sa rigide rigueur, son illogique logique et ses non fonctionnels fonctionnaires, nous avons déjà eu tous à en subir les dures lois. Existe t’il un endroit plus opposé aux changements que dans l’administration ? Déclinons les articles untel et les alinéa machins mais surtout ne faisons pas de vagues qui pourraient mettre en péril le socle de béton armé sur lequel nos gratte-papiers chéris sont vissés. Alors vous pensez bien que quand Domitille Brévard, fraîchement sortie de l’E.N.A., vient avec son informatique essayer de révolutionner le système, c’est donner à la prise de la bastille des allures de broutilles dignes de la rubrique des chiens écrasés.

Certes le dessin est discutable mais il est efficace et fluide. La mise en couleurs est audacieuse et sert très bien le sujet. J’ai eu l’impression, en lisant cet album, de retrouver l’ironie, la folie, l’impertinence, le coté absurde, l’humour décapant des bonnes années « Pilote ».

En un mot, j’ai bien aimé mais je dois reconnaître que mon avis a peut être été influencé par mon désir de vengeance vis à vis des administrations et de leurs mini dictateurs de fonctionnaires. (Jean Evrard)

09:10 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le sang des voyous : Auteurs : Loustal & Paringaux / Edition : Casterman

Généralement quand on crache du sang en toussant, c’est qu’on n’est pas en très grande forme. C’est même carrément un signe qu’on n’a plus énormément de temps à vivre. Alors le réflexe habituel en pareille occasion, c’est de profiter des derniers instants pour un peu ranger sa vie et faire rapidement ce qu’on estime avoir à faire avant le grand saut. C’est ce qui arrive à Louis qui devrait pourtant bien connaître la mort pour l’avoir prodiguer sur commande à tant de personnes au bout de son revolver de tueur à gages.

Les dessins moches et les couleurs moches d’un album sont parfois sauvés par un scénario original, spectaculaire ou surprenant. Et bien ici, ce n’est pas le cas. L’histoire est creuse et téléphonée à souhaits. En plus, tous les thèmes abordés sont morbides et désespérants.

Trois options s’offrent à vous : soit vous prenez 2 ou 3 comprimés de Prozac, histoire de ne pas sombrer dans une dépression sévère, soit vous courrez achetez corde de chanvre et bouteille à gaz en mettant bien en évidence vos dernières volontés sur le buffet du salon, soit vous n’achetez pas cet album. Devinez ce que je vous conseille !! (Jean Evrard)

09:06 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |