18/09/2006

Sur les traces de Dracula : Bram Stoker : Auteurs : Séra & Yves H. / Edition : Casterman

Deuxième album de l’ambitieuse trilogie qu’a imaginé Yves H. autour du personnage de Dracula. Dans cet ouvrage, Yves H. veut nous dévoiler l’histoire très peu connue de l’auteur du mythe vampirique de Dracula à savoir Bram Stoker. Brimades, humiliations et frustrations vont être les moteurs mêmes de la création littéraire de Stoker jusqu’à ce « un-dead », ce non-mort qu’était le comte Dracula.

Il m’a fallu beaucoup de courage pour terminer l’album tant la présentation graphique est ardue. On connaissait l’univers particulièrement sombre du dessin de Phouséra Ing dit Séra mais là, tout est très noir, au sens propre comme au sens figuré. De plus, le mélange des textes narratifs purs avec illustrations et des cases classiques avec de vrais dialogues rend encore plus compliquée la lecture de l’histoire.
Si je n’avais pas dû en parler sur ce site, j’aurais jeter le gant au bout de la troisième planche !
Si, en plus, vous êtes tatillon comme moi dans le soin apporté à vos livres, n’oubliez pas de bien vous laver les mains avant d’ouvrir cet album au risque sinon d’en maculer de vos empreintes un peu grasses chaque page noire du livre.
Qu’on nous donne vite à lire le troisième tome qui sera lui dessiné par Dany. (Jean Evrard)

17:54 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le marécage : Auteur : Choi Kyu-Sok / Edition : Casterman

Dans une chambre minuscule, cinq étudiants coréens en bandes dessinées vont nous relater quelques épisodes de leurs vies quotidiennes. En tout, 54 histoires courtes en 4 planches.

J’ai réellement un gros problème avec ce livre ! Je ne comprends pas du tout ce qui a de drôle dans ces histoires ! Certaines n’ont vraiment ni queue ni tête, d’autres sont creuses et quand, miracle, il semble exister une suite logique, cela ne mène à rien. Qui plus est, en pages 77, 78, 94, 116, 127, 139, 181 et 216 on assiste à plusieurs copier-coller de dessins pour confectionner une planche entière. Une fois, d’accord mais là, cela devient quand même beaucoup !

Cependant, il faut reconnaître que le dessin en lui même est beau et plaisant. Il conviendrait peut être de présenter à Monsieur Choi Kyu-Sok un vrai scénariste qui lui permette de démontrer son talent graphique au travers de vraies histoires cohérentes. (Jean Evrard)

17:19 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Petit clin d'oeil de Guillaume Poux pour Phylactères !

Voici la dédicace que Guillaume Poux nous a fait pour célébrer la sortie de son album "Lenny Valentino : Poison Town ".Sympa, ce Guillaume !! (Jean Evrard)

16:35 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Crayonnés d'Edouard Aidans pour Phylactères !

Qu'en pensez-vous ?

Quand on sait qu'Edouard est en train de nous concocter un album sur Justine Henin, vous conviendrez que le grand écart entre la préhistoire et notre Juju nationale est, pour le moins, audacieux et en tout cas, tout autant impressionnant que celui que Kim Clijsters nous donne l'habitude de voir. (Jean Evrard)

16:24 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Edouard Aidans me faisant l'honneur de son amitié, il m'avait confié quelques crayonnés pour notre site "Phylactères". Quand je vous disais que c'est un homme charmant et gentil en plus d'être talentueux. (Jean Evrard)

16:03 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

 

Les portes de la 13ème fête de la BD d'Andenne viennent de se fermer. Au cours de ce W.E., Edouard Aidans est venu inaugurer un nouvel espace jeunesse au sein de la bibliothèque communale qui porte d'ailleurs son nom depuis 2001.

Je suis ravi de vous faire profiter du petit moment de bonheur que j'avais eu en le rencontrant chez lui en juin dernier.(Jean Evrard)

  AIDANS - Jean Evrard

15:55 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/09/2006

Nero : T1 : La cinquième victime Auteurs : Mutti-Crippa-Bussacchini / Edition : Casterman

Sylvia a été égorgée puis recousue par son assassin dans un rituel glacial. On a rapidement fait de Massimo Scalia le coupable idéal et pourtant le propre père de Sylvia n’y croit pas et va demander à Nero, ex-flic, de trouver la piste du vrai « fossoyeur ».

Les tueurs en série génèrent chez la majorité des gens une extraordinaire fascination morbide ; une fascination faite d’un mélange de peur, d’une totale répulsion mais aussi d’un certain voyeurisme intellectuel à tenter de comprendre le pourquoi du comment du glissement entre le normal et le monstre.

Cet album est une vraie bonne surprise du moment tant pour le scénario de Crippa que pour le dessin réaliste d’Andrea Mutti. Mais je voudrais mettre à l’honneur le talent du coloriste Angelo Bussacchini en particulier dans la subtilité de la réalisation des visages.

J’envie les amateurs de BD qui n’ont pas encore eu le plaisir de plonger dans cette nouvelle série. (Jean Evrard)

10:42 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |