09/10/2006

Rencontre avec un gars brillant, sympa et ambitieux : Jean-David MORVAN

Morvan

  MORVAN - Jean Evrard

15:51 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Spirou et Fantasio : T49 : Spirou à Tokyo Auteurs : Morvan & Munuera / Edition : DUPUIS

SpirouEtFantasio49_07092006C’est au coeur même d’Edo, capitale du pays du soleil levant de 1603 à 1864, que nous retrouvons nos amis Spirou, Fantasio et bien entendu Spip, le facétieux petit écureuil. Point question de machine à remonter le temps,mais bien juste une sorte de gigantesque parc à thème historique japonais.
Tourisme, direz-vous ? C’est mal connaître nos héros. Ils sont envoyés en mission à la demande de leur ami de toujours, le magicien Itoh Kata. Une sombre histoire de kidnapping de deux enfants aux pouvoirs paranormaux étonnants au profit de Mangakana, redoutable gangster aux ambitions immobilières troubles. L’éternel combat entre le bien et le mal que nos héros connaissent bien version yeux bridés.

Alors moi je dis bravo !Voilà de la bonne et belle aventure dynamique et musclée ! Le scénario nerveux et astucieux du maître en la matière qu’est Jean-David Morvan permet aux dessins tout en mouvements de Munuera de s’exprimer pleinement.
Munuera peut tout dessiner mais à mon avis pas les natures mortes !
Il lui faut de l’action, des gestes amples et de l’espace. Alors vous ne pouvez pas imaginer ce que cet homme là doit être heureux avec ce Tome 49 des aventures de Spirou.

Quant à Jean-David Morvan, vous verrez au travers son interview que c’est juste quelqu’un de bien (comme dans la chanson) animé, toutefois de projets guerriers simples. Il a juste envie d’envahir le Japon ! Pourquoi pas, on connaissait l’expression le péril jaune mais pas encore le péril chauve ! Il est valeureux mais il a raison d’y croire ! En attendant, courrez acheter ce tome 49car je suis certain que mon ami Franquin, là-haut, l’a déjà lu et apprécié ! (Jean Evrard)

15:49 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/10/2006

Le roman de Fajardie paru en 1993

la nuit des chats bottésBen oui, il y en a qui aimeront sûrement cela ! V'la t'y pas que je fais le boulot de Brice Depasse sur "lire est un plaisir" !!Je sais, beaucoup moins bien !(Jean Evrard)

20:10 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

La nuit des chats bottés : Auteurs : Beuzelin & Fajardie / Edition : Casterman

NuitDesChatsBottesLa_07092006Paris 1977. Le ronron confortable et politiquement correct de la bourgeoisie française Giscardienne emmerde copieusement Stephan et Paul. Ces deux anciens militaires, experts en explosifs, vont prendre plaisir à secouer l’ordre établi d’autant plus, après leur rencontre avec Jeanne. Elle sera le prétexte tout trouvé pour revisiter sa vie en lui offrant quelques actions d’éclat qui seront autant de revanches sur son passé. Ils lui offrent explosions et actions clandestines comme ils lui offriraient des fleurs. Rapidement surnommés « Les chats bottés », leur course folle va devenir affaire d’état.

« Un étrange cocktail de terrorisme gratuit, de violence échevelée et de tendresse. » C’était le résumé très succin de la critique à la sortie du roman de Fajardie en 1993. C’est justement le coté gratuit, et donc un peu idiot, qui génère le sentiment de malaise qu’on peut avoir en lisant cette BD. Si on ajoute une qualité fort peu constante du dessin au sein même du livre, vous aurez compris que je n’ai pas vraiment accroché à cet album de la série « écritures » de Casterman ! Mérite un détour......mais alors un grand ! (Jean Evrard)

20:07 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

60 ans du Lombard : cela en fait des souvenirs !

raymond leblanc magicien de nos enfancesjacques_pessis_03

  RAYMOND LEBLANC - Benoît Dumont

17:26 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Pourquoi les baleines bleues viennent-elles s’échouer sur nos rivages ? Auteurs : Moynot / Edition : DUPUIS

Pq les baleines bleuesL’album nous raconte les histoires entremêlées de personnages dont le seul moteur de vie est un égoïsme sans borne. « Tout est bon pourvu que cela me serve ! » Telle est la maxime du jour ou plutôt de la vie de Simon Breuil, écrivain doté d’un petit talent en quête perpétuelle de gloire et de reconnaissance. On pourrait utilisé le terme d’ « adulescent dépressif ».

C’est un récit bien sombre et ma foi, très pessimiste à propos des relations humaines et du sens même de la vie et de ses valeurs. Par contre, je trouve que le dessin assez fluide et parfaitement adapté à l’ambiance générale du livre.A ne pas mettre entre toutes les mains ! Par contre, le mystère reste entier vis à vis de ce titre à rallonge (Jean Evrard)

17:11 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le peuple des endormis : Tome 1 Auteurs : Tronchet & Richaud / Edition : DUPUIS

PeupleDeEndormisLe1_23092006Paris du XVII ème. C’est l’époque où on ne parle que très peu avec son père et sa mère. C’est avec son précepteur, M. de Branci, que Jean Daubignan évoque le bien et le mal et qu’il se confesse, le rouge au front. Un époque qui, soit disant, tient en disgrâce les rêveurs et les poètes. Pourtant Jean ne vit que pour son précieux carnet à dessins. Madame sa mère ne va pas l’accepter à l’inverse de son mystérieux père, curieusement occupé à de bien incompréhensibles travaux.
Il est en fait le créateur du peuple des endormis qui subissent ses balbutiements de l’art du tannage et de l’empaillage. Monsieur le marquis De Dunan lui voue une admiration qui n’a d’égale que son appétit pour la gente féminine et sa volonté farouche de briller auprès de sa Majesté à Versailles. A la mort de Daubignan père, il fallut choisir entre un internat dans un collège jésuite à Reims ou l’embarquement sur un bateau à la conquête de dessins des animaux que Dieu a choisi de faire vivre en Afrique. Le choix ne fut pas difficile même si la coche du gouverneur fait toujours un peu peur !

C’est vrai qu’il y a un peu des romans de Stevenson dans cette nouvelle histoire en 2 albums de Richaud illustrée par Tronchet. Je ne suis pas un grand adepte du graphisme de ce dernier. Les héros aux dents gigantesques et les couleurs sombres sans beaucoup de nuances heurtent un peu mon sens du beau mais il faut reconnaître que l’histoire est très bien racontée . Ceci fait que c’est avec plaisir que je lirai le deuxième tome, passant outre mes réticences graphiques pures. (Jean Evrard)

16:37 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |