29/10/2006

Tiffany : T1 : escrime et châtiment :Auteurs : Yann / Herval Edition : DELCOURT

Tiffany1_20092006Tiffany d’arc est escrimeuse de talent mais de talent, elle n’en n’a pas qu’un car elle partage avec son aïeul célèbre (mais oui, vous savez bien celle que l’on disait pucelle et qui a finit tout feu tout flamme) celui d’entendre ce que les autres pensent. Son frère, Donatien, qui peine dans la profession de détective privé, va lui demander de l’aide pour traiter une histoire de châtelains véreux en prise soit disant avec des états d’âme concernant la loyauté de Benjamin, beau jeune homme roturier. Comme toujours, il faudra savoir gratter la façade pour plonger dans des projets beaucoup plus funestes. Donatien va l’apprendre a ses dépends.

Le dessin est simplement parfait, très fin et précis et il aurait mérité un traitement cent fois meilleur pour la mise en couleurs. Pas beaucoup de nuances, des « à-plat » uniformes qui gomment complètement le décor. Volonté de l’auteur ou pas, cela reste un peu dommage à mon goût car l’album dans son ensemble est à recommander !

Dernier commentaire : pourquoi faut-il qu’encore une fois, le beau ténébreux séducteur ressemble comme deux gouttes d’eau à « Alpha » de chez Lombard (cfr dernière case de la page 15) (Jean Evrard)

14:56 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Rapaces : hors série : Je reviendrai Auteurs Dufaux et Marini /Edition : DARGAUD

rapaceshs01Bien plus que nous faire pénétrer encore plus intimement dans l’univers de la série Rapaces, ce « hors série » nous permet d’apprécier tout le talent de dessinateur de Marini tant dans son trait précis et élégant que dans la qualité de sa mise en couleur. Les crayonnés sont magnifiques et les touches de couleurs varient avec beaucoup d’intelligence.

Plusieurs lecteurs seraient ravis de connaître le numéro du portable de la jeune personne qui a donné ses traits et ses formes aux personnages féminins de la série. Peu de dessinateurs arrivent à sensualiser autant leurs créatures féminines. Du pur plaisir pour les yeux ! (Jean Evrard)

14:18 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La révolte d’Aldo Remy :Auteurs : Tibet Edition : Glénat

revoltedaldoremy01Aldo est prêt à tout pour sortir de sa situation financière peu reluisante, du moins pour autant que ce ne soit pas réprimé par la loi. Alors, une pancarte, un bout de ficelle et hop, voilà Aldo homme à louer ! Il va ainsi faire tout et n’importe quoi jusqu’au jour où il se fera confier une mission de détective privé qui devra enquêter sur la double vie d’un simple inspecteur des impôts.

Chieuse, séca les yecous, mon cul, torcher les enfants, faire la pute, vous farcir un jeune, une couillette, faire des galipettes au mar-plu, se taper la cucurbite au plafond, je lui colle au cul pire que le pire des morbacs, bordel de bordel, cette conne de Duponnaud, putain, fils de pute, espèce de connasse, grosse bavasseuse de merde. Voici un florilège de certaines expressions relevées tout au long de cet album. Je suppose que c’est pour faire vrai et jeune que ce genre de mots est employé mais était-ce réellement indispensable ?

On connaît mon admiration sans borne pour Monsieur Tibet, un tout grand du monde de la BD, mais honnêtement, là, je me demande si cet album n’est pas une grosse erreur. C’était et c’est toujours courageux de lancer une nouvelle série quand on a le parcours de Tibet mais, personnellement, je serais tenté de faire simplement « delete » et d’oublier très vite ceci. Pardon Monsieur Tibet mais je vous admire tant que je ne peux pas faire plus ! (Jean Evrard)

14:02 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les cinq conteurs de Bagdad Auteurs Vehlmann / Duchazeau /Edition : DARGAUD

CinqConteursDeBagdadLes_30092006« Il y a de cela bien longtemps, le calife de Bagdad, qui adorait les contes, eut l’idée d’organiser un grand concours. »

C’est comme cela que commence cet album. C’est l’histoire de plusieurs histoires. L’histoire de la relation entre cinq conteurs qui vont chercher des ingrédients pour habiller, pour étoffer et pour magnifier leurs contes. C’est l’histoire du destin qu’on ne peut modifier, l’histoire de l’homme dans sa quintessence même, l’histoire de la fatuité des évènements du quotidien, l’histoire des contes de fées bien trop éloignés des histoires réels de nos vies.

Il ne faut pas s’arrêter à ces dessins aux allures de brouillon, à ces crayonnés d’apparence incertains et peu précis, tout cela participe à la beauté de cet album qui, comme les contes, va plaire ou non mais séduira immanquablement les amateurs d’histoires. N’est ce pas le sens même de la lecture qu’elle soit de romans, d’essais ou de bandes dessinées ? (Jean Evrard)

13:27 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Tupac : T1 : Julia : Auteurs : Pascal Hervé / Philan. Edition : Vents d’Ouest

Tupac1_14092006Lima. L’orphelinat « Hijos del sol » va être le lieu d’une tuerie d’une sauvagerie sans nom. Tout le monde sera assassiné sans raison apparente, totalement gratuitement.
Mais la réalité n’est-elle pas tout autre. Grâce à Jorge, clochard de la rue, Julia, âgée de huit ans, va échapper à cette extermination brutale. En fait, c’est elle et elle seule qui était visée dans ces meurtres. Jorge l’a compris et pour la protéger, il va lui couper les cheveux et la faire ressembler à un jeune garçon qu’il appellera Tupac , du nom de son chat tué lui aussi lors de l’attaque de l’orphelinat. Le temps va passer et malgré bien des épreuves, cinq années plus tard, Julia Ruiz va intégrer la Escuela de Mujeres Santa Maria de Lima. Une certaine forme de sérénité semble avoir été retrouvée mais pourtant les nuits de Julia deviennent de plus en plus perturbées, jusqu’au jour d’une très étrange révélation ! Qui est réellement Julia ?

Le dessin est clair, l’histoire a du corps, l’intrigue prend ses quartiers et les personnages deviennent très vite attachants. J’ai lu cet album avec beaucoup de plaisirs et j’avoue une certaine impatience de connaître la suite çàd de savoir qui est réellement Julia ! (Jean Evrard)

12:40 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Le sang du dragon : T1 Au-delà des brumes et T2 La pierre de Gaëldenn Auteurs : Istin / Michel / Cordurie : Edition : Soleil

SangDuDragonLe1_30082005SangDuDragonLe2_26092006Des pirates, un capitaine sanguinaire doté de pouvoirs fabuleux, un trésor de guerre gigantesque, une carte d’un monde mystérieux et une magie diabolique au service du malin, vous avouerez que cela n’est pas mal comme ingrédients de base à l’aventure avec un grand A !
Ajoutez à cela une pincée de Korrigans, un soupçon d’elfes, deux ou trois lutins et des mondes parallèles et la sauce commence vraiment à prendre ! Versez tout cela dans un décor des côtes bretonnes et vous pourrez enfin imaginer ce que contient cette nouvelle série celtique de chez Soleil.
Le tome 1 nous plante le décor mais c’est réellement dans le tome 2 que nous apprendrons que ce n’est que grâce à la fameuse pierre trouée de Gaëldenn que le capitaine Meriadec pourra lire la carte invisible. Pour trouver cette pierre, il leur faudra rejoindre la baie de la Dourdu et trouver la tombe d’Igilt. Mais la route sera longue et semée d’embûches. Le passé du capitaine et l’intervention de personnages inquiétants comme le lieutenant Mallert et le comte de Cagliostro seront autant d’éléments fascinants de cette épopée.

On peut aimer ou ne pas aimer ce genre de dessin mais force est de reconnaître le talent immense de Michel ! Il sait tout dessiner admirablement : galions, décors somptueux, perspectives vertigineuses, contre-champ, plans larges et détails architecturaux. Ces deux albums représentent une masse de travail considérable comparée à d’autres productions BD du moment. Et en plus, c’est de grande qualité ! Les compositions graphiques sur deux pages sont purement et simplement magnifiques donnant une dimension grandiose au récit (cfr pages 20 et 21, 50 et 51 du tome 1 et pages 30 et 31 du tome 2). Coup de chapeau enfin pour la réalisation des couvertures avec une petite préférence au tome 1.

Le découpage des cases est très cinématographique. Mis en scène pour le grand écran, ceci pourrait damer le pion au célébrissime Pirates des Caraïbes !
Quant au scénario, on sent bien qu’il va s’enrichir au fil des albums laissant aux lecteurs une envie irrésistible de connaître la suite.(Jean Evrard)

11:20 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La danseuse du temps : tome 1 : Le jardin secret et Tome 2 : La Chamane Auteurs Illona – Jee-Yun - Jung /Edition : DARGAUD

DanseuseDuTempsLa1_31082005DanseuseDuTempsLa2_28102006Sur la couverture du tome 1 de cette nouvelle série, on pouvait voir un « sticker » : « Attention ! Jeunes Talents ! » Bien loin d’être prétentieux, cet avertissement était tout ce qu’il y a de plus vrai car il s’agit bien là de réels talents !

Tout d’abord, un petit résumé de l’histoire. Dans le tome 1, Ryu n’a qu’une envie, c’est de prendre des vacances bien méritées et si possible loin de tout et de tous. L’agence de voyage lui propose le lieu idéal : une petite île volcanique déserte entre Kyushu et Pusan. Juste avant de partir, il prévient sa soeurette Shu de sa future absence. Arrivé sur place, il découvre, au coeur même de l’ancien cratère du volcan, un jardin secret totalement magnifique mais dont l’entrée est seulement autorisée aux femmes. Bravant cet interdit, il pénètre dans ce lieu féerique et découvre de multiples statues de pierres ne représentant que des hommes. Et puis, tout à coup, il les voit. Deux statues de femmes, images mêmes de la femme de ses rêves. En les caressant, il va leur donner vie mais en perdant en peu la sienne car il va lui-même devenir statue de pierre.

Dans le tome 2, Shu, accompagnée de son amie Kimye, va se rendre sur l’île volcanique afin de libérer son frère Ryu de son sort. Elle a, en effet, trouvé à la bibliothèque des bribes d’explications sur cette île et ses habitants. La légende se mêle à la magie, le féerique à la réalité. Va t’elle réussir à trouver les arguments suffisamment forts pour convaincre Kya, une des jumelles maudites responsables du sortilège qui emprisonne Ryu ? Aimer ou être aimer, n’est pas cela le sens même de la vie ?

Synthèse parfaite entre la bande dessinée européenne et l’univers des mangas, cette série est réellement attrayante. Le dessin puise indiscutablement dans le graphisme japonais ou coréen mais le trait est juste, tout en douceur et légèreté. Les couleurs sont dans le même esprit et toute personne avide de conte et de légende ne pourra être que séduite par ce scénario.

Je confirme : « Attention ! Jeunes talents ! » (Jean Evrard)

09:07 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |