01/11/2006

Lucky Luke : T2 : La corde au cou Auteurs Achdé & Gerra /Edition : Lucky Comics

LuckyLukeLesAventuresDe2_27102006 La seule façon d’échapper à la corde au cou pour les 4 Dalton, c’est de s’en passer une autre. Oui, je sais, ce n’est pas simple à comprendre mais il suffit de connaître l’article 236, alinéa 27bis du 6 juin 1858 dit « loi des colons ».

En un mot, la seule façon pour un condamné d’échapper à la pendaison, c’est de se marier. Seulement voilà, qui va accepter de marier les Dalton. Pas simple de trouver rapidement quatre jeunes filles. Ce sera Ma Dalton qui se chargera de cette mission quasi impossible. Mais impossible n’est pas dans le vocabulaire de Ma !

Le dessin plus Morrissien que jamais, des jeux de mots sympas, quelques chouettes deuxièmes rôles : assurément cet album est réussi, respectant tout à fait l’univers de l’homme qui tire plus vite que son ombre. Morris peut être fier de la relève ! Laurent Gerra est tout, sauf ridicule dans son exercice périlleux de nouveau scénariste d’une série culte du 9ème art. (Jean Evrard)

12:42 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le chant des Malpas Auteurs Boisserie & Bara /Edition : DARGAUD

ChantDesMalpasLe01L’histoire est assez facile à résumer : un royaume, son roi décédé, une reine un peu idiote, un prince atteint de mélancolie l’empêchant de régner adéquatement et un cardinal avide de pouvoir, ne désirant qu’une chose c’est l’éviction du prince. La trame de fond est, ma foi, assez classique. Ce qui l’est moins c’est le pouvoir de Eiledon, cette jeune villageoise, qui semble guérir d’une note de son chant tous les maux du monde. elle pourrait donc être la solution rêvée à la maladie du prince mais ainsi desservir les projets funestes du cardinal. Mais voilà, est-ce réellement aussi simple ?

Beaux dessins et bel album grand format. On peut juste regretter deux choses. Premièrement, il faut bien reconnaître que le scénario est un peu léger. Deuxièmement, il faut parfois être très attentif pour suivre à qui appartient le phylactères de la case tant la prolongation de la bulle est longue, tortueuse et alambiquée. Mais bon, c’est un détail. Cela reste un album agréable à lire mais sans plus. (jean Evrard)

12:21 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

29/10/2006

District 77 : Tome 1 : Lili : Auteurs : Denys / Dugand Editions : LE LOMBARD

District771_20102006Lili lafayette commence ce jour dans sa nouvelle « maison » : le commissariat du 77ème district. Très vite, elle se rendra compte que tout est pourri dans le système. Toute la ville est sous l’emprise du Big Boss et la moitié des flics sont des ripoux notoires à la solde de ce chef incontesté de la maffia locale. Mais voilà, on a osé assassiner le Big Boss transformant ainsi la ville en un gigantesque terrain de règlements de comptes et de tueries effrénées. Dur dur pour un début de carrière même quand on a la réputation d’avoir du caractère..un sale fichu caractère. En fin de compte, le Big Boss est toujours en vie et va être tranféré rapidement en réanimation. Il est dans le coma mais pourtant, des faits étranges surviennent à l’hôpital !

Cette nouvelle série est assez fade hormis l’idée du frère jumeau du Boss qui, en fait, lui sert de nez et qui lui confère certains pouvoirs étranges. A coté de cela, on nage dans les habituels clichés du genre et le dessin est également très peu original.

Je suis pas certain qu’on va se passionner pour l’avenir de cette Lili ! On attendra le tome 2 pour infirmer ou confirmer cette opinion. (Jean Evrard)

22:00 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Halloween Auteurs : O.G.Boiscommun Edition : Les humanoïdes associés

Halloweena_06102006Asphodèle n’a pas envie de fêter les morts. Elle a juste envie de rentrer. Elle est triste car son frère lui manque et puis, la mort , cela ne se fête pas. La mort, c’est froid ; la mort c’est vide et triste. Mais son frère va réapparaître et va lui apprendre à vivre et à penser à la vie.

Succession de réflexions philosophiques et poétiques sur fond de dessins pompeux et solennels, voici ce qui compose cet album. Il s’agit plus parfois de véritables tableaux que d’une BD classique. On ne peut nier le coté esthétique du graphisme mais le fil conducteur métaphysique est un peu tenu. Convient très bien aux amateurs de techniques de dessin et aux amateurs de couleurs à forte prédominance orangée.

Personnellement, Bof ! (Jean Evrard)

21:35 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mygala : T1 : Incubation et T2 : Insurrection Auteurs : Di Giorgio / Genêt Edition : Soleil

Mygala1a_16102006Mygala02La base militaire de Whithall est le top en matière d’écoute et de communication mais elle est également le siège de recherches secrètes et de fabrication d’armes du futur.
C’est une véritable forteresse érigée en plein coeur d’une région désertique et réputée inviolable. C’est là qu’a été acheminé le Corzal. Mygala et le colonel Ethan et son équipe vont tout faire pour comprendre ce qu’est réellement le Corzal et pour empêcher Mac Kran de le récupérer. Cependant, le Corzal va prendre rapidement le contrôle de l’ordinateur central et donc de la base toute entière. Il prend ainsi au piège tous ses occupants.
Si en plus, on vous dit que la base a été construite sur les ruines d’une ancienne civilisation et que les sous-sols renferment des créatures particulièrement étranges, vous avez compris que vous êtes juste au milieu d’une aventure mystérieuse à souhait.

Ces deux albums plantent progressivement le décor de cette histoire à la jonction entre Alien, les forces du mal et Stargate. On comprend pourquoi certains adolescents voient dans la trame de cet univers les bases mêmes d’un futur jeu vidéo.

Vous connaissez mon admiration pour les dessins de Frédéric Genêt. Ceux qui doutent encore de son talent peuvent feuilleter ces pages et apprécier les compositions des planches mais aussi la qualité de la mise en couleurs. Bon, ceci dit, je préfère l’univers de son autre série : «Samuraï »(Jean Evrard)

20:11 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Fantômes blancs : T1 : Maison rouge et T2 : Bénédicte : Auteurs : Appolo / Li-An. Edition : Vents d’Ouest

FantomesBlancs1_01092005FantomesBlancs2_17102006François décide de quitter pour un temps sa bien-aimée Bénédicte, la laissant dans les frimas de Paris pour s’en aller retrouver la chaleur moite des îles où le rhum coule à flots.
Il accompagne Maxime qui, à la mort de son père, s’est décidé aussi de retourner à Maison Rouge. François est noir et sa mère était la nénène de Maxime. Ils ont quasi été élevés ensemble.
Mais voilà, Maison Rouge n’est plus vraiment ce qu’elle était auparavant. A moitié abandonnée, amputée de ses terres agricoles, vendues à des propriétaires plus riches, Maison rouge va pourtant être le décor d’évènement pour le moins surprenant comme ce cabri qui parle ou comme ce pirate fantôme qui vient raconter son histoire à François. Bien que très éloignés de la vie trépidante de Paris, Maxime et François vont connaître les progrès de la science : l’arrivée de l’automobile et les balbutiements des premiers vols aériens. Et puis, il y a quand même une histoire de trésor mais je ne vais pas trop en dire ! Je terminerais en vous disant que Bénédicte aime toujours son François et inversement !

Albums séduisants et plaisants tant pour le contenu du scénario que pour le rendu graphique. Un petit regret, celui de ne pas avoir poussé plus loin l’évocation du problème de l’esclavagisme et de la vie coloniale de l’époque mais qui sait, cela viendra peut être avec les prochains tomes. (Jean Evrard)

19:09 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les rêves de Milton Tome 1 et Tome 2 Auteurs : Maël / Féjard / Ricard / Edition : DUPUIS

revesdemilton01revesdemilton_021923, Caroline du nord. La pauvreté des gens de la terre, la boue et les maigres repas ; à peine de quoi manger ; à peine de quoi ne pas se révolter contre cette vie de misère. Toute incartade se paie cash et William, surnommé Billy le sait bien, lui qui a eu la main fracassé par Baker, simplement pour avoir été témoin d’un vilain fait ! Toute cette misère va prendre la route dans l’espoir de terres plus fertiles et plus accueillantes. Tout au long du parcours, la rancoeur de Billy se transforme en haine envers tout ce qui le dérange et l’insupporte. Le chemin va s’endeuiller au fil des kilomètres par une série de meurtres particulièrement sauvages et brutaux. Qui en est le coupable ? Est ce Billy animé par la rage qui le ronge ou est-ce Milton, son frère, simple d’esprit mais doté d’une force hors du commun et qui semble avoir le pouvoir de rendre le mal qu’on a fait à sa famille ?

C’est vrai qu’on ne peut pas s’empêcher de penser à « Silence » de Comès. Un benêt, des histoires de famille un peu sordides, le milieu rural, la pauvreté omniprésente, mais le dessin est tout autre ainsi que le fond de l’histoire. Le graphisme de Maël a un coté « rif raf » (si vous voyez ce que je veux dire, vite fait quoi !) mais à l’analyse, il est d’une grande puissance de précision et de sensibilité. Il rend admirablement l’atmosphère des lieux et de l’époque et parvient presque à rendre palpables les émotions des protagonistes.

En un mot, une très belle oeuvre d’écriture et d’illustrations. (Jean Evrard)

18:02 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |