12/11/2006

Les dessous des voisins : Tome 1 : Auteurs : Coyote & Nini Bombardier Editions : LE LOMBARD (Art of Lombard)

les dessous des voisinsvoisinsIl y a bientôt un an, sortait le premier tome « Les voisins du 109 », véritable nouveau petit bébé de Coyote et Bombardier. Les personnages étaient pour le moins assez particuliers ce qui expliquait largement le comique de certaines situations. On sentait bien qu’il y avait matière à développer dans les tomes ultérieurs. C’est probablement pour cette raison que Coyote et Bombardier ont désiré nous faire mieux connaître toute la faune de l’immeuble par ce hors série appelé « Les dessous des voisins ».

L’album est assez sympa et permet également aux amateurs d’apprécier certains crayonnés d’étude des personnages et de mimiques.

Comme quoi on peut commencer en tant que graveur de pierre et de verre pour le funéraire et terminer par faire rire et sourire toutes générations confondues, n’est ce pas Coyote ! (Jean Evrard)

21:17 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Une enquète du commissaire Raffini : T9 : Le lapin bleu: Auteurs : Rodolphe & Maucler. Edition : Albin Michel

le lapin bleulapin bleuUne assistante d’un magicien qu’on met dans une boite et puis qui disparaît, c’est ma foi, assez banal. Qu’elle disparaisse pour du vrai, cela commence à devenir plus original mais qu’on l’a retrouve près d’un étang, le coeur un peu plus lourd de deux balles de revolver, là, cela devient vraiment très intéressant ! Surtout pour le commissaire Raffini dont les poils de moustache frissonnent d’envie de comprendre le pourquoi du comment mais surtout le qui !

Cela fait exactement 26 ans que Rodolphe nous raconte les enquêtes du commissaire Raffini. Ce n’est qu’en janvier 1994 que paraît le T5 qui marque le début de la collaboration avec Maucler et en avril 2005, qu’Albin Michel en reprend l’édition.

Cette série est un réel casse-tête pour les collectionneurs qui aiment ranger correctement leurs albums. On ne sait pas à quoi il faut les ranger, à « Une (ou les ? ) enquête(s) de l’inspecteur.(ou commissaire ?) Raffini » ou au titre de chaque album ?

Quoiqu’il en soit, le dessin est rond et clair rendant l’album très agréable à lire. Idem pour les couleurs ! Mais alors, question originalité du scénario, c’est difficile de faire pire. C’est d’un classique à pleurer ! Je ne peux pas en dire plus de peur de déflorer le maigre suspens de ce lapin bleu ! Rodolphe peut dire merci à Maucler qui porte seul l’album sur ses épaules. Merci aussi à Albin Michel car le livre en lui-même est très beau. (Jean Evrard)

20:46 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La légende des nuées écarlates : Tome 1 : La ville qui parle au ciel

planche nuées écarlatesplanche2 nuées écarlatesJe ne résiste pas à l'envie de vous faire voir la qualité du travail de Saverio Tenuta ! (Jean Evrard)

19:58 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La légende des nuées écarlates : Tome 1 : La ville qui parle au ciel Auteurs : Saverio Tenuta Edition : LES HUMANOIDES ASSOCIES

LegendeDesNueesEcarlatesLa1_07102006En pleine séance de Bunraku ( spectacle de marionnettes géantes), les gardes de la Shogunaï tentent de s’emparer d’une jeune fille nommée Meiki. C’était sans compter Raido, un simple Ronin vagabond qui semble avoir oublier son passé et qui est doué d’une force combative impressionnante. Il devra également combattre une horde d’Izunas, loups blancs géants d’une férocité sans nom et au venin redoutable.
Les voiles de sa mémoire vont se déchirer petit à petit. Pourquoi est-il manchot, qui lui a fait cette horrible cicatrice au visage qui lui a pris un oeil, qui est-il réellement ? Et puis, d’où viennent ces voix qui hantent son esprit et le tourmentent sans arrêt sauf quand il est à proximité de Meiki ? Il va récupérer ses nuées écarlates et se sentir de nouveau entier mais sera t-il en paix pour autant ?

Même si c’est vrai que je dois vous avouer qu’il m’a fallu m’y reprendre à deux fois avant de rentrer complètement dans l’histoire, cet album est, à ce jour, dans le trio de tête des meilleurs albums de BD japanisantes.

Les dessins sont tout simplement magnifiques, la mise en page est originale et variée, et les couleurs donnent à certaines planches des allures de tableau. C’est LA toute bonne surprise des humanoïdes de cette fin d’année !
En plus la couverture est magnifique graphiquement mais aussi au niveau de son traitement mat et de son toucher ! Bref à ne pas manquer ! (Jean Evrard)

19:56 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/11/2006

Les sales blagues : La Totale : Auteurs : Vuillemin. Edition : Albin Michel

SalesBlaguesDeLechoLesint_07122004dessin de Vuillemin« Ze cadeau de la fin d’année qui raviront petits et grands » dixit la maison d’édition Albin Michel !

Alors, imaginez vous la scène :

Sapin de noël, musique d’ambiance, champagne dans les verres, réunion de famille, déballage des cadeaux, rires et cris d’enfants. Mamy, qui a presque connu la grande guerre, va s’asseoir pour prendre Pierrot, 6 ans, un de ses nombreux petits fils, sur les genoux. Elle attrape au passage la grosse bande dessinée qu’a reçu Jean-Charles, l’adolescent attardé de la famille. Elle s’installe et commence à vouloir faire la lecture à Pierrot. A cet instant, le pouls de Mamy devient nerveux, sa tension s’emballe, son front devient moite et son visage devient écarlate. Elle est très rapidement secouée par des nausées violentes ponctuées par des « oohh ! » offusqués. Pierrot ne dit rien, il n’a pas assez d’yeux pour voir tous les énormes zizis et les « madames » toutes nues qui font des drôles de choses avec. Il ne comprend pas bien non plus pourquoi les messieurs et les madames jouent avec leurs cacas !

En un mot, ce n’est définitivement PAS Ze cadeau de la fin d’année et certainement pour les petits et grands ! C’est 2,5 kilos de blagues « cra-cra » qui ne peut se retrouver que dans des kots d’étudiants et encore pas dans tous !
Certaines blagues sont marrantes mais leurs illustrations par Vuillemin sont vulgaires, crades, violentes tant dans le trait que dans les couleurs. On a envie de se laver les mains après avoir feuilleter l’album !

Je suis certain qu’on aurait confié les mêmes blagues à Dany, il en aurait fait quelque chose de très sexy, de très drôle et d’esthétiquement très présentable. Dany m’a un jour confié que c’était les femmes qui achetaient le plus ses albums coquins. C’est certain que ce ne sera pas le cas pour cet album de Vuillemin.

Dans le nom Vuillemin, on retrouve « vuil ». Savez vous qu’en néerlandais, cela se traduit par......sale ! Etrange, non ?
Ceci dit, joyeux Noël ! (Jean Evrard)

15:52 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

06/11/2006

Muchacho : Tome 1 et Tome 2 : Auteurs Emmanuel Lepage / Edition : DUPUIS

Muchacho1_04052004muchacho2Gabriel est un jeune séminariste qui débarque dans un petit village du fin fond du Nicaragua afin de mettre ses talents de peintre au service de Rùben. Ce prêtre, lui-même ancien artiste peinture, lui confie la mission de peindre la passion du Christ sur les murs de l’église du village. Mais une passion qui parle aux villageois, à l’homme de la terre. C’est pour cette raison qu’il va envoyer Gabriel dans les rues afin qu’il apprenne à « soulever la peau des choses ».
Très vite, Gabriel va être embarqué dans le conflit entre les forces militaires au pouvoir et le camp des guérilleros. Pas facile quand on est le fils d’un grand bourgeois proche de la dictature en place.
Ces aventures vont lui révéler son attirance irrésistible pour un autre garçon mais également la noirceur d’âme de l’homme. Cette histoire n’est pas l’éloge de la violence mais l’évidence qu’encore de nos jours, il faut savoir composer avec elle et parfois l’utiliser simplement uniquement pour survivre.

Emmanuel Lepage nous livre là un véritable roman grinçant de vérités crues. On sent l’implication très personnelle de l’auteur à tous les stades de l’écriture et de la mise en page. On perçoit une réelle colère par rapport aux injustices et par rapport aux dictatures quelles qu’elles soient.
Il sème, de ci de là, des sentences philosophiques tout au long des deux albums. Par exemple : « L’avantage des dictatures sur les démocraties, c’est que dans les dictatures..on sait sur qui tirer ! »

Alors, monsieur Lepage, quel est le fin fond de cette création ? Voyage introspectif personnel ? Croisade contre tous ces pays qui pratiquent encore des moeurs très musclées au détriment des droits de l’homme ? Volonté de faire changer les mentalités ?

J’essaierai d’avoir les réponses à ces questions pour phylactères grâce à une interview d’Emmanuel Lepage que je devrais réaliser dans une semaine !

Un avis personnel : Je trouve que les dessins et surtout la mise en page et en couleurs du tome 2 sont très largement de meilleurs qualités que dans le tome 1.

Emmanuel ? N’y aurait-il pas une petite influence de René Follet dans votre coup de patte ?(Jean Evrard)

07:32 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2006

Magasin général : T2 : Serge Auteurs : Loisel & Tripp / Edition : Casterman

magasingeneral02couvMarie est toujours au commande du magasin général que nous avions apprécié dans le tome 1. Le décor est toujours ce village perdu dans les neiges canadiennes, sentant bon le sirop d’érable, dégoulinant d’expressions savoureuses et de personnages particulièrement bien campés. Serge loge provisoirement chez Marie ce qui fait bien jaser les bigottes du coin qui ne manque pas d’exprimer leur indignation auprès de monsieur le curé. Serge investira donc le cabanon, à l’arrière de la maison de Marie et par un concours de circonstances, se livrera également à l’exercice périlleux de saigner et de débiter le cochon à la place de Ti-Guy blessé à la main. C’est qu’il est vétérinaire notre beau Serge ! Vétérinaire mais aussi cuisinier à ses heures et il va d’ailleurs en faire bénéficier tout le village !

J’adore tout dans cet album : le dessin, l’atmosphère, les personnages ! J’aimerais réserver ma place dans une petite maison du village pour y venir passer le restant de ma vie. Où peut-on signer le contrat de vente ?
Série indispensable dans une bibliothèque de BD qui se respecte ! 5jean Evrard)

17:05 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |