18/11/2006

Frontière ; Tome 1 Souviens-toi : Auteurs : Rodolphe & Marchal Editions : LE LOMBARD

frontière 1souviens toiYves Fréhel reçoit un courrier étrange. Sur une simple feuille de papier, deux mots : « Souviens toi ! ».
Mais de quoi ?

Le lendemain, un inconnu lui propose de l ‘emmener au garage pour une histoire de pneus crevés et lui balance : « Celui qui oublie son passé est condamné à le revivre ! ». De fait, Yves se rend compte qu’il était incapable de se souvenir de sa vie de tous les jours avant les vacances. On lui parle d’un labo mais cela n’évoque rien de précis dans sa tête. Les évènements vont ensuite s’emballer avec la disparition de son fils dans les fumées de l’incendie de leur maison. Il s’agit en fait d’un kidnapping et son fils lui sera rendu si il parle de ses découvertes au labo 11.
Mais que font ses gens en tabliers blancs derrière un écran d’ordinateur et que fait ce corps étendu dans un lit d’hôpital ? Mais c’est Yves Fréhel ! Alors, cauchemar ou réalité ? (Jean Evrard)

18:19 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/11/2006

Phylactères pleure le départ d'un grand monsieur de la BD !

sterne 3sterne 1sterne 2Au cours de l'année 1998, Adrien Joveneau m'avait invité dans son émission "Grandeur Nature" pour rencontrer le talent et la gentillesse personnifiée en la personne de Monsieur Réné Sterne. J'avais passé un très agréable moment avec ce Belge au bout du monde. Je viens d'apprendre que ce 15 novembre, il a quitté à jamais ses îles Grenadines pour aller dessiner à coté du vieux barbu ! Merde ! Tu fais ch..Dieu, tu nous les prends tous !

Je vous joins le communiqué des éditions du Lombard :

Les Editions du Lombard et les Editions Blake & Mortimer ont la profonde tristesse de vous faire part du décès brutal de René Sterne survenu à l'âge de 54 ans aux Iles Grenadines (Caraïbes) ce 15 novembre 2006. Il était l'auteur dela série « Adler » et travaillait actuellement sur un prochain album de « Blake et Mortimer » avec Jean Van Hamme. Projet qui lui tenait particulièrement à coeur et dont il ne verra hélas pas la fin.

René Sterne est né en Belgique le 25 août 1952.Scolarité classique, études supérieures de Français, d'Histoire et de Philo:rien ne le prédisposait à entreprendre une carrière d'auteur-dessinateur de bandes dessinées. D'abord enseignant, il décide un jour d'abandonner ce métier pour vivre « autre chose ». C'est alors qu'il rencontre celle qui sera sonépouse, Chantal De Spiegeleer, auteur et dessinatrice de BD. Celle-ci l'accompagne dans ses voyages et lui apprend à construire et à mettre en images un scénario. Pendant deux ans, il s'applique à illustrer une histoire jusqu'à ceque le résultat lui convienne.

En 1985, il prépublie son premier récit dans le journal «Tintin». Intitulée «L'Avion du Nanga», son histoire se situe dans l'immédiat après-guerre et a pour héros un certain Adler. Ecoeuré par la folie meurtrière d'Hitler, cet aviateur adéserté la Luftwaffe en 1942 et s'est réfugié en Inde. Aidé par Helen, une aventurière irlandaise devenue sa compagne, il met ses talents de pilote au service des opprimés. Parce que cela fait référence à la fois à Jules Verne et Windsor McCay, son créateur se choisit le pseudonyme de Némo.

En 1987, cette aventure inaugure la série «Adler» éditée par Le Lombard.
Désormais signés Sterne («La sterne, c'est l'hirondelle de mer et cela évoque le grand large»), 9 autres albums suivront: «Le Repaire du Katana», «Muerte Transit», «Dernière Mission», «Black Bounty», «L'île perdue», «La Jungle rouge»,«Les Maudits», «La Force» et «Le Goulag». S'il choisit d'assumer le scénario et le dessin, c'est Chantal De Spiegeleer qui réalise ses incomparables couleurs.En 1992, cet amoureux d'horizons lointains a réalisé son rêve: avec sa compagne,il s'est installé aux îles Grenadines, dans les Caraïbes. C'est dans ce décor paradisiaque qu'il venait de se lancer un nouveau défi et qu'il se préparait avec enthousiasme à mettre en scène, sur un scénario de Jean Van Hamme, un nouveau « Blake et Mortimer».

Ses amis auteurs et éditeurs adressent leurs plus sincères condoléances à Chantal, sa famille et ses proches.

Une étoile de plus brille dans le ciel du monde de la BD ! Adieu l'ami ! (Jean Evrard)

00:09 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/11/2006

Le monde de Franquin : L'exposition à ne pas manquer !

affichetotalfranquin

  Jannin
  Franquinmix
Pour tous les amoureux inconditionnels du grand Maître Franquin mais également pour tous les rêveurs, les poètes, les gentils, les méchants, les amoureux de la nature, ceux du dessin, pour les enfants, les adolescents boutonneux, les adultes travailleurs et surtout ceux qui ne le sont pas ! Bref pour tout le monde !

C'est tout simplement génial à visiter !(Jean Evrard)

07:29 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2006

Un homme est mort : Auteurs : Kris et Etienne Davodeau Edition : Futuropolis

un homme est mort2un homme est mort3Ces deux planches vous donnent une idée du contenu de ce livre à la couverture rouge tapante ! (Jean Evrard)

23:56 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Un homme est mort : Auteurs : Kris et Etienne Davodeau Edition : Futuropolis

un homme est mort1950. les bombardements massifs et les combats acharnés ont anéanti la ville, son port, son arsenal. Brest est quasi totalement détruit.
Il faut tout reconstruire et démarrer un immense chantier. De la ville fortifiée, aux ruelles étroites, une nouvelle ville va surgir, orthogonale, rectiligne, ordonnée, moderne, ce sera Brest-la-Blanche, qui deviendra très vite, Brest-la-grise.
Des milliers d'ouvriers travaillent sur les chantiers.1950. C'est la grève. Les chantiers sont immobilisés, les ouvriers de l'Arsenal rejoignent le mouvement. De violents affrontements surviennent lors des manifestations.
Le 17 avril, le drame se produit. La police tire sur la foule, blessant plus de vingt personnes et tuant un homme. Édouard Mazé.Le lendemain, appelé par la CGT pour tourner un film sur le mouvement, René Vautier débarque clandestinement à Brest (il est alors recherché par la police suite à un premier film documentaire, Afrique 50, témoignage sans concessions du système colonial français d'après guerre).René arrive dans une ville en état de siège. Le lendemain, ont lieu les obsèques d'Édouard Mazé.Une foule immense, un peuple entier accompagnera son cercueil

On peut très bien concevoir que la bande dessinée est avant tout un moyen de s’évader, une source de légèreté et un bon moyen pour égayer nos vies. Ceci n’empêche en rien le grand coup de chapeau pour cet ouvrage car il s’agit bien d’un ouvrage. Fidèle à la vérité de l’époque, cette histoire vrai illustre bien le climat du monde des travailleurs de l’après-guerre. Encore une histoire racontée avec les tripes par un Breton.C’est très intéressant et l’album se termine par un dossier complet des évènements.Un peu de vraies histoires sans féerie, ni elfe ou farfadet.
Comme toujours chez Futuropolis, l’objet est très bien fini avec une couverture pour le moins accrochante ! (Jean Evrard)

23:53 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les mystères d’Osiris : Tome 1 : L’arbre de vie Auteurs : C.Jacq & Maryse & J.-F.Charles & Benoit Roels Edition : Glénat

les mystères dOsirisplanche mystères dOsirisIker est orphelin mais il est surtout apprenti-scribe dans un petit village de l’Egypte ancienne. Son destin va pourtant être tout autre, peut être influencé par l’acacia d’Osiris qui se meurt. Le pharaon Sesostris sait que ce phénomène est l’oeuvre des forces obscures et qu’il lui faudra de l’or, beaucoup d’or. Iker va, quant à lui, tomber sous le charme de Dame Téchat qui comprendra vite qu’un feu inconnu brûle en lui, si puissant qu’il pourrait venir à bout de tout. Mais que se trame t-il derrière son dos ?

Adaptation du best-seller de Christian Jacq, cette BD se veut lui être fidèle mais le découpage des planches est assez difficile à suivre.

Pour exemple : Page 7, Iker est perdu sur une plage déserte. Sans grande transition, page 9, il est abandonné dans le désert. Pages 10 et11, on le retrouve ligoté dans un autre village. Page 13, on fait connaissance avec un groupe de fuyard. Page 14, on est à Abydos. Page 15, on se retrouve à Médamoud. Page 16, on revient à Memphis. Page 17, On atterrit dans la province de la déesse serpent Ouadjet.

Que celui qui a suivi, lève la main !!!

Heureusement, le dessin de Benoit Roels, sans être parfait, est de très bonne facture et en tout cas, très lumineux.Par contre, la couverture aurait pu être un peu plus ambitieuse et conforme à la majesté de l’époque. Elle parait un peu miteuse, d’autant plus que le format de l’album est très petit (presque 1 cm de moins en hauteur qu’une BD normale).
Bref, 6/10 pour l’ensemble en remerciant Roels ! (Jean Evrard)

23:12 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

12/11/2006

Le grand Défi (INT) : Auteurs : Jean Graton Editions : LE LOMBARD

Michel VaillantVaillantToujours dans la collection « Millésimes », Le Lombard nous offre à nouveau un incontournable de la BD classique Franco-Belge. Les aventures de Michel Vaillant, pilote automobile, qui au départ, étaient censées être décliné en une petite dizaine d’albums. Près de cinquante années plus tard, Michel Vaillant est toujours là !

Cet album reprend les titres : « Le grand défi » et « Le pilote sans visage », deux épisodes mythiques de notre héros ! C’était du temps où les VRAOUM ne bouffaient pas toutes les cases et où il y avait de vraies histoires humaines entre les protagonistes.

Les lecteurs masculins de Tintin de l’époque s’identifiaient parfaitement à ce héros taillé au carré. Carrure de vrai mec, mâchoire volontaire et cheveux courts. Les seules présences féminines étaient Agnès, la femme de Jean-Pierre et surtout la mère Vaillant. Hé oui, ce héros de granit se devait d’obéir à sa maman, comme tous les lecteurs de Tintin devaient le faire à la leur.
Une famille unie, de vraies valeurs d’honnêteté et de camaraderie et enfin l’envie de se dépasser, quoi de plus génial pour un hebdomadaire comme Tintin !

Je vous souhaite autant de bonheur à lire cet album que j’en ai eu moi même à l’âge de 10 ans quand j’ai découvert pour la première fois ces deux récits.(Jean Evrard)

21:56 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |