04/12/2006

Bakemono : Le serment du Tengu : Auteurs : Jean-Luc Sala Edition : LE LOMBARD COLLECTION PORTAIL

bak2bakemonoplancheDans le Japon des contes et des légendes, l'équilibre de la Balance vient d'être rompu. Okura, l'Empereur Blanc, vient de succomber sous les coups d'un monstre appartenant au Seigneur Noir. Le jugement des dieux est sans appel : de grands cataclysmes s'abattront sur le monde des humains. Mais même les dieux ne pouvaient prévoir qu'en ces temps critiques surgirait un héros oublié, le Tengu. Guerrier légendaire, mi-homme, mi-corbeau, ce combattant hors pair avait conservé un atout dans sa manche : les trois filles d'Okura, qu'il a fait élever loin du regard des dieux. Il est maintenant temps d'aller récolter ce qu'il a semé. Et tant pis pour les anciennes légendes qui prétendent que les femmes humaines ont toujours été l'instrument de la perte des Tengu...

Jean-Luc Sala disait lui-même avoir eu l’envie de faire de la Fantasy mais il trouvait qu’on en avait fait un peu le tour et qu’il n’avait plus grand-chose à raconter sur des elfes et des gobelins. Puis, il y eut l’illumination japonaise avec sa mythologie extrêmement riche et variée qui allait servir de creuset pour lui permettre de réinventer un récit nouveau et original de Fantasy. Bakemono était né !

Malgré un dessin un peu plus approximatif par rapport à ce qui se fait de mieux actuellement (genre Samurai de Fréderic Genêt), j’avoue avoir été happé par l’histoire.

On retrouve encore quelques tics « Manga » comme ces lignes de fuite ou de mouvements et des couleurs qui feraient pâlir de jalousie la majorité des inconditionnels des éditions « Soleil », mais bon, c’est le genre qui veut cela ! Bien foutu, consistant, bref à suivre ! (Jean Evrard)

23:31 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Biographies des auteurs D'Ellis. Quels parcours !

ellislatourellisgriffo

23:07 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Jolies choses du dossier de presse !

ellispressellis3

23:06 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ellis : T1 : Lady Crown Auteurs : Latour – Griffo - Burgazzoli : LE LOMBARD COLLECTION PORTAIL

ellis1ellis2Le groupe ELLIS est une organisation secrète qui aide la police de New York dans les affaires de meurtres liés à des forces occultes et à des phénomènes paranormaux. Nine O’Neil avait dédié sa vie au groupe Ellis et maintenant, c’est son fils Deep qui est pressenti pour rejoindre le groupe.A la fin du dix-neuvième siècle, Ellis Island a vu déferler des milliers d’immigrants avec armes et bagages mais également avec leurs rêves, leurs espoirs, leurs peurs et leurs cauchemars. Ces rêveurs ont pour toujours changé le potentiel onirique de la ville permettant à certains rêves mais aussi cauchemars de devenir réalité ! Ce sont des éphémères, ou des égarés, ou des récurrents, ou des abominations, tant de termes nouveaux auxquels Deep devra se familiariser car il devra les combattre. Ils pourraient en effet constituer une menace tangible non seulement pour New York mais pour le monde entier.

De son père, Deep a hérité le don de voir les éphémères mais c’est de Roméo, l’abomination qui a tué son père qu’il devra se venger. Seul un rêve peut venir à bout d’un cauchemar !

Puissant, audacieux et déstabilisant sont les trois qualificatifs que j’utiliserais pour qualifier le scénario de Latour. C’est un mélange de Matrix, de Men in Black et de X Men !
Le tout est diablement bien servi par le talent magnifié de Griffo qui a considérablement modifié sa façon de travailler en utilisant un trait plus fin, une mise en couleurs directe et qui a saupoudré le tout d’un nuage d’informatique. Le résultat est saisissant !

Voilà ce que donne la rencontre d’un Basque passionné de Shakespeare et d’un Flamand émigré depuis 20 ans aux Canaries ! Pas mal, non ? (Jean Evrard)

23:04 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Une illustration du premier fantasme sexuel masculin ! Merci Dany !

draculasexy

22:36 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Sur les traces de Dracula : T3 : Transylvania Auteurs : Dany & Yves H. Edition : Casterman

surlestracesdedracula03dracula2Dan, un auteur de bande dessinée traversant une période de crise créative, improvise un séjour en Roumanie en compagnie de son épouse Marcia, afin de réunir de la documentation de première main sur le personnage de Dracula et son “modèle” historique, Vlad l’Empaleur. Sur place à Bucarest, ils sont accueillis dans l’étrange demeure d’un non moins étrange personnage : Lucian, un illusionniste dont l’environnement et le mode de vie semblent entretenir de secrètes correspondances avec ces vampires sur lesquels Dan cherche précisément à se documenter…

J’avoue ne pas très bien comprendre le sens de ce troisième opus sur le sujet de Dracula et/ou de Vlad l’Empaleur.
Le premier album d’Hermann plongeait ses sources dans l’Histoire avec un grand H pour nous expliquer les racines historiques du sanguinaire de service.
Le deuxième livret de Séra nous retraçait la vie d’Abraham Stoker, le romancier, véritable père de l’homme aux dents longues.
Mais ici, cela tient plus du dépliant touristique agrémenté d’une gentille petite fiction érotico-fantastique.
En fait, Dany nous donne une version très autobiographique (….du moins sur certains points). Le fait que le héros s’appelle Dan et qu’il est auteur de BD. Ensuite, on connaît l’amour sans limite de Dany et son épouse pour les voyages. Il ne m’en voudra pas si j’ose affirmer que son épouse est une très jolie femme et que les similitudes avec Marcia sont troublantes. Enfin, Tout qui, comme moi, a déjà eu l’honneur d’être reçu chez Dany pourra attester que la maison de notre Dan ressemble furieusement à celle de Dany. Bref, on nage en plein « private joke » !

Ceci dit, j’aime toujours autant la patte de Dany. Son talent pour dessiner les jolies filles nues est incontestable et la mise en couleurs à prédominance rouge, mauve et noir confère à cet album une ambiance de circonstance.

En résumé, oui pour Dany mais bof pour l’album en lui-même ! (Jean Evrard)

22:30 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marsupilami : T19 : Magie blanche : Auteurs Batem & Colman & Franquin Edition : DUPUIS

marsupilami19couvmarsu2Incroyable : il a neigé en Palombie !

Pour les Marsupilamis, pas de problème. Grâce à leurs remarquables facultés d'adaptation, parents et enfants s'en donnent à coeur joie. Les autres espèces des rives du Rio Soupopoaro ne peuvent pas en dire autant : grenouilles, piranhas, aras et même le terrible jaguar se les gèlent sévère. Sans parler des Indiens Chahutas qui ont tous la goutte au nez.
Mais comment la météo a-t-elle pu se dérégler à ce point ? Disons que, deux semaines plus tôt, à Chiquito, la capitale, l'empereur du showbusiness Cesare Viscoso a voulu produire un spectacle avec "oune vrai Marsoupilami" et chargé Ignacio Tékunratéh, minable magicien d'origine indienne, de capturer l'animal pour le dresser à faire des tours. Quelle inconscience ! Tékunratéh ignore que le Marsupilami s'attrape aussi facilement qu'une baleine avec une canne blanche !
Confronté, qui plus est, à la jungle, cet enfer vert, le chasseur n'est pas au bout de ses peines. A moins qu'il ne profite de la crédulité des Chahutas pour les convaincre de lui prêter main forte… Mais on ne menace pas impunément la tranquillité du Marsu et des siens. Le ciel en sait quelque chose…

Personnellement, j’estime que cet album est le meilleur de la série. On y retrouve tous les ingrédients que Franquin appréciait mettre dans ses histoires. Le semblant d’histoire naturelle (comme dans l’album mythique du nid du Marsupilami) est irrésistible et les dialogues indigènes sont succulents.Je suis certain que Franquin doit être très fier de Batem, son fils spirituel, car il conduit son Marsupilami avec beaucoup de talents.

C’est un très bon cru comme quoi 2006 n’est pas qu’une bonne année pour les bourgognes rouges !

En résumé, Médaille d’or de sa catégorie ! Le genre de cadeau à risque zéro de déplaire à nos jeunes têtes blondes mais aussi à celles un peu plus grisonnantes (Jean Evrard)

22:21 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |