12/06/2007

Le complexe du chimpanzé : T1 : Paradoxe: Auteurs : Marazano & Ponzio Edition : DARGAUD

complexecomplexe2Février 2035, quelque chose vient de tomber du ciel dans le canal du Mozambique. La cinquième flotte de retour de mission en Indonésie est très rapidement sur les lieux et récupère l’engin. Il s’agit d’une capsule spatiale visiblement d’un autre temps et qui est occupée par deux astronautes.
Le problème c’est que ces deux hommes prétendent être Neil Armstrong et Buzz Aldrin, les deux hommes qui avaient quitté la terre en 1969 et qui avaient été les premiers à marcher sur la lune. Leur module spatial semble lui aussi d’époque et les numéros de chaque pièce correspondent bien à ceux qui composaient le module de la mission Apollo 11. Cette histoire pour le moins étrange devient rapidement « secret d’état » et c’est pour essayer de comprendre les faits que la NASA va envoyer Hélène Freeman, sa meilleure astronaute. Celle ci n’a qu’un rêve, c’est de partir à la conquête de Mars. Arrivera t’elle à élucider le mystère du jour malgré la tristesse et la désapprobation de sa petite fille Sofia ?

Basé sur un scénario passionnant et très original prenant le lecteur perpétuellement à contre pied, cette histoire se lit presque sans respirer. Une seule frustration, c’est de ne pas encore avoir le tome 2 et 3 en mains.

Les dessins de Marvano sont magnifiques. Certaines cases sont de véritables petits tableaux avec un soin particulier pour certains dessins de visages et d’attitude humaine. On sent bien néanmoins que le garçon reste passionné d’engins volants mais il a su faire la part belle dans cette histoire aux émotions des personnages.

En résumé, une trilogie douloureuse pour le moment puisque nous n’avons à notre disposition que le premier tome ! (Jean)

07/06/2007

Natacha : Intégrale, tome 1 : Panique à bord Auteurs : Walthéry + Gos & Borgers & Wasterlain Edition : DUPUIS

Natachanatacha2natacha waltherynatacha walthery2natacha dédicaceDans la série des intégrales de chez Dupuis, voici le premier tome de celle de Natacha et de son papa chéri, le grand Walthéry. Grand plus par le talent que par la taille réelle, François Walthéry allait être un des premiers à débrider la bande dessinée asexuée des débuts. Il a simplement porté au premier plan, c’est à dire au plan du héros principal, une jeune femme avec des formes et un comportement féminin pleinement assumé.

On connaît le succès quasi immédiat de la série et il est très heureux que la maison Dupuis en honore les albums en les rééditant sous cette forme d’intégrale. En plus des histoires classiques des albums, on y retrouve pas mal d’anecdotes qui replace mieux la série dans le contexte de l’époque.Le personnage de Natacha est certes intéressant mais son père spirituel l’est peut être plus. Pour information, je vous livre ici également la monographie réalisée par Jean Jour en 1981 sur Monsieur François Walthéry. Elle avait d’ailleurs, à l’époque, fait l’objet de tirage de tête à 300 exemplaires avec un dessin et une dédicace assez sympa.

Je suis un grand fan des intégrales Dupuis car elles permettent aux jeunes de plonger dans les racines mêmes de la bande dessinée franco-belge. (Jean)

29/05/2007

Voyageur : Futur 1 Auteurs : Boisserie & Stalner & Guarnido Edition : Glénat

voyageurvoyageur2voyageur3voyageur4Un mot d’explication d’abord sur cette nouvelle grande et ambitieuse saga.

Les scénaristes Pierre Boisserie et Eric Stalner proposent une série originale qui mêle aventure, thriller, Histoire et anticipation. Cette saga se découpe en trois cycles « FUTUR », « PRESENT » et « PASSE » de quatre tomes chacun, que complète un treizième album « OMEGA » en guise d’épilogue.
Les sorties s’échelonneront sur quatre ans de 2007 à 2011.

Ceci est donc le premier tome intitulé Futur 1. Il plante le décor et la base même de toute la saga.. Quel en est le « Pitch » ?

2082, Granparis. Lou, Fish et Lili, trois jeunes enfants au crâne rasé, s’échappent du bâtiment dans lequel ils étaient cloîtrés. Ils viennent de la fondation dirigée par un certain Markovic. Leur escapade est suivie de loin par Vedder et Juliane qui, dans un premier temps, laissent les évènements se dérouler sous leurs yeux. Lili va mortellement chuter laissant Lou et Fish en plein désarroi. Vedder va alors les aider et les transportera hors-zone en un voyage immobile. A l’arrivée, Vedder s’éclipsera laissant à Juliane le soin de soigner les enfants et en particulier Fish qui présente un comportement de type épileptique.. Markovic, lui, ne décolère pas car il se voit recommencer tout à zéro dans sa quête à créer une génération de voyageurs. Quelques mois plus tard, Lou et Fish auront appris à fixer l’image mentale de la cible et à se téléporter. Lors de cette expérience, Fish va se cogner à la tête et se faire une cicatrice en forme de V sur le front. Etrange car Vedder possède également la même cicatrice.

L’idée de voyage dans le temps n’est certes pas nouvelle et j’avoue que ce genre d’exercice ne peut souffrir d’un scénario médiocre. Plus que pour tout autre sujet, le scénario doit être en béton armé pour ne pas engendrer de la confusion et de la distorsion au sein même de l’esprit du lecteur qui peut assez facilement perdre le fil de l’histoire. Nous attendrons donc de voir comme nos deux scénaristes vont orchestrer cette nouvelle saga prometteuse. Les quatre premiers tomes seront dessinés par Stalner lui-même ce qui est déjà un gage de qualité.

Signalons enfin, la version Noir et Blanc qui rend mieux hommage à la qualité du dessin que sa version colorisée.On ne peut que souhaiter longue vie à ce projet ambitieux et de longue haleine.(Jean)

The End – Jim Morrison Auteurs Romain Renard Edition : Casterman

morrisonmorrison2Dans la collection « Rebelles », Casterman nous présente le parcours type étoile filante de Jim Morrison, le chanteur des Doors.

Les drogues et l’alcool ont finalement eu raison de cet écorché vif qu’était Jim Morrison. Fondamentalement poète dans l’âme, il va mourir à Paris en 1971, devenu une vraie loque humaine, laminée par tous ses excès et abandonné quasi de tous. Sa vie n’aura été que violence, provocations, destruction et autodestruction, bravades vis à vis de l’autorité, des grands principes et de la morale. Ses consommations multiples et excessive auront raison de son grand talent de jouer avec les mots.

En cela, il a toute sa place dans la collection « Rebelles ».

Romain Renard était bien placé pour illustrer le personnage de Jim. En effet, quoique né 4 ans après le décès de l’icône Rock, il est lui même auteur compositeur du groupe de rock français ROM. Qui plus est, son talent graphique est indéniable. Néanmoins, je regrette un peu le traitement de la couleur, quasi uniforme tout au long de l’album dans des tons bruns rouges foncés. (Jean)

08:04 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rock, musique, poete, doors, drogues, alcool |  Facebook |

28/05/2007

L’ivresse des fantômes : T1 : Lili fleur bleue :Auteurs : Lupano & Morgan & Maffre Edition : DELCOURT

l'ivressel'ivresse2Le fantôme de Suma est un papillon noir qui possède sur ses ailes un poison mortel mais qui a surtout la particularité de pouvoir participer à la fécondation de la fleur Katazuria. Celle ci va ensuite donner un fruit : la graine de Katazur, hallucinogène puissant, véritable fléau du monde moderne. Lili en consomme et peut être un peu trop ! Dans le passé, il est vrai que Lili avait eu la riche idée d’améliorer ses fins de mois en développant une plantation de Katazuria et d’utiliser les dangereux papillons pour produire suffisamment de graines hallucinogènes. En fait, ce n’était pas uniquement dans le passé. Et c’est bien cela que Lili va montrer à Pilône, son ancien partenaire du cirque électrique, à l’époque où ils étaient pauvres c’est à dire avant les papillons. Le problème, c’est qu’elle est copine avec Renard, un dealer qui fournissait régulièrement Clémentine, la propre fille de Basile, un inspecteur aux stups et ça, ça va lui faire quelques soucis ! Bizarrement des gens cherchent à la tuer. Tout cela juste au moment où Lili voudrait bien arrêter de consommer et au moment de renouer avec son père envers qui elle était particulièrement en colère.

Bon, il faut reconnaître que le dessin est très sympa tout comme les personnages en cause mais il est assez difficile de cautionner une série basée sur la drogue, son commerce, son argent facile et relativement peu sur ses effets secondaires catastrophiques.
On était pauvre, je développe une production de drogues et on devient riche ! Voilà un raccourci de vie qui me parait un peu dangereux !
Peut être que le tome 2 sauvera la morale mais pour l’instant, c’est assez discutable ?(Jean)

20:43 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : graines, plantation, papillon, stups, dealer |  Facebook |

Franka : T1 Les dents du dragon Auteurs : Henk Kuijpers Edition : LES HUMANOIDES ASSOCIES

franka1franka2franka3Coucou, la revoilou ! Franka redébarque dans les bacs des nouvelles BD. Etrange quand on sait que l’édition originale date de 1984, que la première édition de 1987 et que les premières aventures de cette Franka sont sorties chez Dupuis en 1981 en trois tomes brochés (le musée du crime, l’oeuvre d’art et drôle de cirque). Qui plus est, quand on retourne l’album, on s’aperçoit que quatre tomes sont prévus aux Humanoïdes et qu’ils devraient se suivre assez rapidement.

Mis à part le coté assez agréable des formes de l’héroïne, qui n’est pas sans rappeler Natacha, la plus célèbre hôtesse de l’air de la BD, j’avoue ne pas bien comprendre le soudain engouement des Humano pour Franka. Le dessin s’est certes amélioré depuis les premiers albums mais il me semble assez loin de la modernité du graphisme actuel. Les histoires sont tout à fait acceptables mais sans plus ! Curieuse option que de redonner vie à cette héroïne vieille de plus d’un quart de siècle qui, à l’époque, n’avait pas réellement enflammé les lecteurs.(Jean)

14:04 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le Janitor : T1 : L’ange de Malte: Auteurs : F.Boucq & Y.Sente Edition : DARGAUD

janitor1janitor2Vince revient d’une mission à Malte. Il a aidé le Père Ornello a acheter quelque chose dont le Vatican tenait à coeur. Ceci ne s’est pas fait sans mal ni sans casse mais le métier de garde du corps pour les archéologues et les acheteurs d’art du Vatican n’est assurément pas de tout repos. Pourtant on semble très content de Vince en haut lieu à tel point qu’on va bientôt lui proposer de devenir un des Janitor et dorénavant s’appeler Trias. L’archevêque John Blackrose, le nouveau secrétaire particulier du cardinal Jonovovitch, est chargé de lui proposer sa nouvelle fonction et de lui parler du forum économique mondial de Davos. Sa mission sera d’être non seulement le garde du corps des deux émissaires du Vatican à cette réunion mais également d’être rapporteur indépendant sur les contacts qu’entretiennent ces deux experts avec les grands financiers de ce monde. Mais quels sont les origines réelles de Vince alias Trias et cette réunion de Davos, ne serait-elle pas également la réunion d’autres personnages peut être moins reluisants ?

Prévu en deux tomes, ce Janitor est assurément une réussite tant sur le plan graphique que sur le plan scénaristique.
Depuis que Boucq a compris qu’il était capable de servir des scénarii sérieux, il donne vraiment complètement toute la dimension de son art.
Quant au scénario d’Yves Sente, il permet encore une fois de démontrer à quel point ce dernier à sa place au sein des scénaristes bien inspirés du moment. Néanmoins, j’avoue avoir été déçu de la fin de cet album par le manque de consistance de l’amorce pour le deuxième tome. On a l’impression que plusieurs histoire vont devoir se développer pour finalement aboutir à une et même épilogue mais tout est simplement mis sur la table sans réelle amorce de liens entre chacune de ces histoires. La dernière page donne l’impression de se dépêcher de rappeler tout cela en une simple planche.

Bref vivement le tome 2 : « Week end à Davos » (Jean)