17/03/2008

La porte du ciel : Auteurs : Sicomoro & Makyo Edition : Dupuis (Aire Libre)

porteporte2Manu, Julie et Anna sont trois adolescentes qui pour marquer le coup en réaction à la violence familiale et l’anonymat urbain indifférent, ne trouvent rien de mieux que de fuguer ensemble. Elles ont déjà en commun une ou l’autre tentative de suicide qui fait qu’on les surnomme les japonaises. Manu propose alors de se cacher dans une maison forestière, ancienne propriété de son grand-père. La région regorgeait à l’époque de menhirs dont il ne reste plus que trois exemplaires caractérisés par un signe sculpté représentant « une porte au ciel » c'est-à-dire une possibilité de communiquer avec les morts. Or, une de ces trois menhirs se trouve dans la cave même de la maison.
Au détour d’une ballade, Julie va faire connaissance d’un voisin artiste peintre, qui, inlassablement peint chaque année le portrait de sa fille disparue huit années auparavant, en prenant soin de la vieillir au fil des années. La ressemblance avec Julie est pour le moins troublante.
Le grand jeu de cache-cache avec les gendarmes a commencé !

Attention, chef d’œuvre en cours !

Prévu en deux volumes, Makyo signe ici une trame narrative très riche. Il définit lui-même trois axes de force dans ce récit. Le premier est basé sur la douleur générée par la disparition d’un enfant, le deuxième par le monde de l’adolescence et le sens de la fugue et le troisième sur une méditation sur la vieillesse et la mort. Réalité et imaginaire vont s’entrecroiser pour définir une autre réalité. Pour reprendre Makyo lui-même : « Le récit fantastique apparaît alors, peut-être, comme un antidote possible au désenchantement secrété par l’inopérativité de la pensée rationnelle pour comprendre et intégrer l’apparente disparition du vivant. »

Quant au talent graphique de Sicomoro, il nous laisse sans voix avec un dessin hyperréaliste aux couleurs directes, mêlant la douceur et le velouté de l’aquarelle aux traits sensuels et sensibles du crayonné.

Vivement le tome 2 (Jean)

Delta : T1 : L’anse aux crânes : Auteurs : Fonteneau Simonacci & Ricci Edition : Les humanoïdes associés

deltadelta2C’est au cœur du XVIIe siècle, quelque part dans le delta du fleuve de l'Orénoque. Que Gabriel Boissy d'Aigremont croupit depuis plusieurs jours dans un tonneau, à moitié immergé dans les eaux grouillantes de vermine. Il est séquestré par une bande de pirates qui espèrent bien en tirer une rançon importante auprès de son marquis de père. Lina, une jeune esclave indienne, va profiter de l’arrivée des herbes rouges et de la force du jaguar de son grand-père pour délivrer le nobliau français. Le reste ne sera que la rencontre entre la préciosité de l’aristocratie française du moment et les forces magiques du delta.

Amusant, bien dessiné et bien mis en page, bien servi par un scénario original qui donne furieusement envie de connaître la suite, ce premier tome est une réussite et laisse augurer de bonnes choses pour les prochains tomes. (Jean)

20:06 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : orenoque, pirates, magie, indiens, rancon |  Facebook |

Vénus H. : Tome 1 : Anja : Auteurs : Dufaux & Renaud Edition : Dargaud

anjaanja2D’emblé, Anja nous annonce qu’elle est morte un beau matin au mois de mai.
Anja semble pourtant de ces femmes à qui personne ne résiste et certainement pas les représentants de la gente masculine à qui elle fait payer ses services aux prix fort. Elle est pourtant au service de Mademoiselle qui organise tout de ses missions pour le moins spéciales. Elle ne doit être qu’un corps, un objet de séduction et de manipulation, rien d’autre et certainement pas un cœur avec des sentiments. Il est vrai que les eaux dans lesquelles on la fait nager sont toujours très troubles et les enjeux importants surtout quand ils sont du domaine politique et financier. Et puis, est-ce vraiment raisonnable pour un garçon de bonne famille de vouloir épouser une jeune femme qui s’est tapé près de la moitié de Paris ?

20:04 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Vénus H. : Tome 2 : Miaki : Auteurs : Dufaux & Renaud Edition : Dargaud

miakimiaki2Cette fois-ci, c’est Serge qui va être d’emblé assassiné sous nos yeux par Miaki, une autre recrue de Mademoiselle. Elle semblait pourtant au départ beaucoup plus intéressée par l’approvisionnement pour ses « clients » en Kiriti Tiketi, ce poisson le plus laid du monde mais pourtant aux pouvoirs aphrodisiaques extraordinaires. Mais attention, pas question de laisser échapper le moindre geste de tendresse, la moindre émotion, Miaki est là pour le sexe et rien que le sexe ! Monsieur Zatoga le sait et il entend bien se servir de Miaki afin d’arriver à ses fins dans une course financière qui pourrait s’avérer très juteuse.
Il n’y a jamais de belle romance lorsque l’on travaille pour Vénus H. Peut être faut-il simplement quitter le réseau ?

Le couple sulfureux Dufaux-Renaud de « Jessica Blandy » nous propose donc une nouvelle série dans laquelle nous plongeons non sans un certain malaise. C’est le monde feutré des call-girls, de ces prostituées de luxe qui peuvent parfois faire tourner la tête aux plus puissants et ainsi faire changer le monde.

Ceux qui ont aimé « Eyes wide shut », le dernier long métrage de Stanley Kubrick sorti en 1999, vont adorer l’atmosphère malsaine et pesante de cette série. Le dessin est sensuel à souhait, rehaussé par une mise en couleurs tout en douceur et en caresse. A la lecture de ces ouvrages, on finirait par se sentir enveloppé d’une certaine chaleur.

Cette nouvelle série devrait ravir le public averti et adulte précédemment conquis par Jessica Blandy. (Jean)

20:03 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le futuriste : Auteurs : Stromboni & Cotte Edition : Casterman

futuristefuturiste21912, Paris.
Luciano Salvatori est un artiste peintre qui pourrait être la représentation graphique du thème de la chanson de Charles Aznavour « La bohème ». Il essaie tant bien que mal de survivre grâce à sa peinture mais sans grand succès. Il côtoie pourtant des grands noms comme Picasso et Apollinaire, des personnages résolument tournés vers un futur prometteur.
Cette vie un peu sordide va se voir totalement bouleversée par une commande curieusement ciblée d’un mystérieux mécène. Celui-ci lui demande juste de laisser voguer son imagination et de peindre des machines de guerres et de destruction. Commande dont Salvatori s’acquittera avec beaucoup de soins en s’inspirant de ce que la nature lui montre chaque jour. Cependant, la finalité de cette commande, est-elle simplement artistique ou bien tout autre ?

Je reconnais un talent certain au crayon de Jules Stromboli qui convient parfaitement au sujet traité et à l’ambiance nécessaire à l’histoire. La monochromie des planches ajoute également le petit coté misérable qui sied totalement à l’époque tortueuse de la première guerre mondiale. Je ne peux néanmoins pas dire que c’est mon style préféré. Quant au scénario, j’ai mis du temps à comprendre le but final, pensant naïvement qu’Olivier Cotte s’amusait uniquement à « Zolaifier » son récit. En bref, content de l’avoir lu, mais bon, maintenant, ça, c’est fait ! (Jean)

Wild River : T1 : Le Raid : Auteurs : Wagner & Seiter Edition : Casterman

wildwild21810, Missouri.
Robert Frazer exploite une ferme avec sa femme et son fils dans les environs encore sauvages de Saint-Louis. Il va devoir s’absenter pendant deux jours pour aller accueillir son jeune frère James, médecin tout juste arrivé de New York. Pendant ce temps, un parti d’indiens Crows attaque et pille la ferme Frazer et kidnappe Elisabeth, la femme du trappeur et son fils Joshua, âgé de 6 ans. Revenu à la ferme, Frazer se lance à la poursuite des Crows pour tenter de sauver les captifs, secondé par James et divers trappeurs rencontrés sur le chemin.

Vous conviendrez que le scénario n’est pas d’une grande originalité et quand vous aurez constaté que le traitement graphique de cette histoire n’est pas non plus fabuleuse, vous aurez compris que je ne vois pas bien ce qu’apporte cet album. Je suis un peu désolé pour René Follet qui semble avoir été concerné par cet album et que remercie d’ailleurs Vincent Wagner. Peut être l’histoire va-t-elle décoller dans le tome 2 mais sincèrement j’en doute un peu. (Jean)

19:56 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : indiens, trappeurs, sioux, crows |  Facebook |

Quartier Lointain : L’intégrale : Auteurs : Jirô Taniguchi Edition : Casterman

quartierquartier2Revenant d’un voyage d’affaire, Hiroshi va, bien malgré lui, monter dans un train qui va l’amener au village de son enfance. Ses pas vont ensuite le guider vers le cimetière où repose sa maman. C’est en se recueillant sur la tombe de celle-ci qu’il va faire un malaise et que l’invraisemblable va se produire. Il va se réveiller quelques 30 ans auparavant avec le corps de quand il avait 14 ans. Son esprit lui est bien resté celui de l’homme d’affaire de 43 ans qu’il était en voyage à Tokyo. Il va donc pouvoir revoir sa mère et son père ainsi que tous ceux qui ont compté de près ou de loin dans son adolescence. Lui connaît l’avenir de toutes ces personnes et la question est de savoir si il aura la possibilité et le droit d’influencer le destin de celles-ci.

Je ne résiste pas à l’envie de braquer à nouveau les feux du projecteur sur cette intégrale d’une des pièces maîtresses de l’œuvre du maître du manga, Jirô Taniguchi. C’est en passant dans les allées de la foire du livre de Bruxelles que j’ai redécouvert cette histoire toute en douceur et en sensibilité. Il y a quelque chose d’apaisant dans les livres de Taniguchi. Peut être est-ce le simple fait de parler de l’enfance ou bien, d’aborder des thèmes qui sont universels, toujours est-il qu’on est toujours très bien, blotti au milieu de ces histoires.

Assurément, une bonne idée de cadeau pour quelqu’un qu’on aime bien et avec qui vous avez envie de partager quelques moments nostalgiques sans violence déplacée. (Jean)

19:54 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfance, destin |  Facebook |