21/08/2007

Samsara Tome ½ ( Série Secrets) : Auteurs : Faure & Giroud Edition : Dupuis (Empreintes)

samsarasamsara2Il n’est pas simple en avril 1885 à Manchester de prôner des valeurs teintées de féminisme et de croyances en l’éducation des classes sociales les plus défavorisées face à la société bourgeoise empoussiérée mancunienne.
C’est pourtant le combat qu’à choisit Elisabeth Griffith, combat qu’elle est en train de perdre bien tristement.

Le mariage de sa sœur Charlotte avec le très fortuné John Bellock ne va l’intéresser dans un premier temps que par la possibilité qu’il offre de rencontrer, lors de la cérémonie, certains mécènes généreux susceptibles de l’aider dans ses missions sociales. Cependant l’évocation que le voyage de noces au Kenya puisse se prolonger par une chasse au tigre en Indes nourrira pleinement les rêves de la jeune fille.

Il en ira tout autrement dans le chef de son père Herbert Griffith qui, rien qu’à l’évocation des Indes, fera un sérieux malaise en pleine cérémonie. C’est que l’Inde est un sujet particulièrement tabou chez les Griffith. Il est vrai que c’est là que périt la mère de Charlotte et d’Elisabeth mais c’est également là qu’Herbert Griffith, associé à un certain Charles Melrose, passa un bon nombre d’années à faire des affaires, comme on disait à l’époque. Bien sombres affaires teintées de mystères inavoués et peut être inavouables. Tellement inavouables que l’émotion va être si forte qu’elle emportera le père Griffith dans un malaise cette fois fatal.

En confiant à Elisabeth un essai de roman sur les aventures de son frère et du père Griffith, le frère de Charles Melrose va relancer totalement la soif de l’aventure mais surtout la soif de connaître enfin la vérité sur ce qui s’est réellement passé en Indes pour la famille Griffith.

Qui a dit que les lecteurs étaient blasés des aventures exotiques, des jungles impénétrables et des trésors cachés ? Giroud fait ici un terrible pied de nez à tous les empêcheurs de rêver en rond. Quant au dessin de Faure, il a une exubérance et une luxuriance qui n’a d’égale que celles que l’on trouve dans les profondeurs de la jungle. Il y a du Corentin dans cette histoire et le très regretté Cuvelier en serait probablement le premier passionné. Vivement le tome 2. (Jean)

Commentaires

Forum des bloggeurs !

Écrit par : Forum | 21/08/2007

si vous avez des enfants http://www.csa.be/documents/show/654

Écrit par : marc | 23/08/2007

Les commentaires sont fermés.