13/05/2007

Rencontre avec Bertrand Marchal, le dessinateur de la série "Frontière" : Sympa !!

frontière3Jean
Bonjour, Bertrand Marchal, tout d’abord peux tu nous dire comment s’es passé ta rencontre avec Rodolphe ?

Bertrand
Tout simplement, ayant terminé ma série précédente « Les châtiments de l’an Mill », je cherchais un scénariste et en faisant un peu le tour du marché, il m’apparu comme une évidence que c’était Rodolphe qui me plaisait le mieux. Je le connaissais par l’intermédiaire de la série « Trent » et j’avais l’envie de lui proposer une collaboration. Après un jour de réflexion, Rodolphe me proposa de me lancer dans l’aventure de « Frontière », ce que j’ai accepté rapidement.

Jean
De quelle région proviens-tu ?

Bertrand
J’habite à Verviers, pas très loin de la gare. Verviers qui est aussi le pays d’origine de plusieurs auteurs prestigieux de BD comme Macherot, Réné Hausmann, et on m’a même dit que Jacques Martin avait des racines également à Verviers.

Jean
De quel dessinateur penses-tu être le plus proche ?

Bertrand
Je suis assez proche du dessin de Léo (Bételgeuse, Aldébaran, Antarès, Kenya..) mais je dois te faire une confidence, cela fait bientôt deux ans que je me force à ne plus lire de BD afin de ne pas me laisser influencer par d’autres dessinateurs et de me forger ainsi mon style propre !

Jean
Quelles ont été les difficultés principales pour le premier tome de « Frontière » ?

Bertrand
La maison d’édition du Lombard a beaucoup insisté pour que le décor de cette nouvelle série contemporaine soit particulièrement bien travaillé et en particulier, le dessin des voitures. J’avoue qu’à l’époque, les voitures, ce n’était pas ma tasse de thé et j’ai beaucoup ramé pour que mon dessin soit le plus réaliste possible et qu’à la limite, on sache de quelle marque de voiture il s’agissait. Personnellement, au total, je trouve qu’il en résulte un déséquilibre entre les personnages assez simples sans être simplistes et le caractère plus fouillé et détaillé du décor.

Jean
Que penses-tu du scénario en lui-même ? N’as-tu pas l’impression que c’est un peu trop lent ?

Bertrand
Tout d’abord, on savait dès le début que l’histoire allait s’articuler en quatre tomes. Je suis d’accord pour dire qu’il n’en fallait pas plus mais il faut bien connaître l’univers de Rodolphe pour mieux comprendre le sens même du scénario. En fait, Rodolphe est un grand fan des grandes séries télévisées des années 70 comme « Chapeau melon et bottes de cuir » mais surtout la série « Le prisonnier ». Il adore ces atmosphères denses, intrigantes voire oppressantes. Ce qui est intéressant finalement, ce n’est pas tant le secret de Frehel en lui-même mais bien la manière dont les gens tentent de l’obtenir et la notion de seconde chance. Ils donnent à ce Yves Fréhel une nouvelle adolescence, une nouvelle vie avec femme et enfants, un nouveau métier, tout cela pour l’amener à délivrer son secret. D’ailleurs quand on analyse la façon avec laquelle les albums débutent, on s’aperçoit que le premier tome débute sur la course poursuite terminant sur Fréhel abattu par balles. Dans le deuxième tome, cette course poursuite intervient en page 8 et dans le tome 3, c’est en page 16 qu’on la retrouve. Au fur et à mesure des albums, Rodolphe remonte le temps et nous fait découvrir ce qui s’était passé avant cette course. Le tome 4 nous apportera la solution et nous apprendra réellement qui est Yves Fréhel et si il est mort ou vivant.

Jean
Le tome 4 est-il déjà terminé ?

Bertrand
Il me reste encore deux planches à terminer et puis je m’attaquerai au prochain projet que nous avons avec Rodolphe.

Jean
On peut en savoir plus ?

Bertrand
Il s’agit d’une série que s’appellera « Le village ». Toujours inspiré de la série « Le prisonnier », Rodolphe va nous plonger dans la Russie des années 60, dans un centre de formation d’espions russes dont le but recherché est de les rendre aptes à être envoyés s’infiltrer partout ailleurs en Europe mais surtout aux Etats Unis d’Amérique. Chaque tome de cette série tournera autour d’un espion en particulier et de son histoire singulière.

Jean
Y a-il d’autres projets en cours ?

Bertrand
Oui, quelque chose de beaucoup plus grand mais je ne peux encore rien dire....le contrat n’est pas encore signé ! Donc, chuuut !

J’avoue être assez impatient de voir tout cela et en attendant je voudrais remercier Bertrand pour la gentillesse avec laquelle il m’a livré ses impressions au cours de cette mini interview.(Jean)

19:36 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rodolphe, le prisonnier, le lombard |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.