01/05/2007

Péma Ling : T3 : Yamantaka, seigneur de la mort : Auteurs : Georges Bess / Edition : DUPUIS (Repérages)

Pema1pema2pema3pema4pema5L’histoire mérite un petit résumé :

Péma Ling est une petite fille Tibétaine rescapée d’un massacre familial et sauvé par son difforme oncle Sonam.

Dans le premier tome (De larme et de sang), on apprend qu’elle va être confiée à son autre oncle Jigme Dorji qui est moine dans la Gompa d’Amtcho. On fera croire à tous qu’elle est un petit garçon nommé Tilén afin qu’elle puisse être acceptée au sein de la communauté des moines. On apprendra également les circonstances du massacre de toute sa famille par ceux dont se moquait ouvertement Tsanga, le père de Péma Ling.

Dans le deuxième tome (Les guerriers de l'éveil), Péma Ling deviendra une disciple d’un vieil ami de son oncle, le très vénérable Amchi Yéshi Donden, qui possède la connaissance de la médecine et des plantes qui guérissent. Elle n’acceptera cette fonction qu’à condition de suivre parallèlement l’enseignement du Sengueï Ngaro, cet art martial très efficace pratiqué normalement uniquement par les moines. Elle y démontrera un talent extraordinaire qui la conduira malheureusement à porter un geste nuisible vis à vis d’un de ses condisciples. On apprendra la cupidité et la malhonnêteté de l’intendant Tseundup au coté du grand Lama Jamyang Cheppa, vieux de 92 ans. A sa mort, la répudiation de Tseundup par ses pairs va entraîner le soulèvement des troupes chinoises et le massacre et la destruction sauvage du monastère et de la Gompa.

Dans le troisième tome (Yamantaka, seigneur de la mort), Péma Ling tentera en vain d’intervenir dans la furie chinoise mais devant les forces en présence, sera contraint elle aussi à une fuite dans les montagnes froides et enneigées. A deux doigts d’être gelée sur pieds, elle va être capturée par une bande de brigands qui vont l’amener de force à rencontrer quelqu’un qu’elle croyait pourtant perdu à jamais. Tout sera ensuite une question de philosophie, de respect et d’introspection personnelle profonde.

Assurément un maître achat pour tout qui aime se plonger dans la réflexion personnelle et les grands principes tibétains qui nous forcent à analyser notre vraie nature en apprenant à respecter les autres et à contrôler nos pulsions animales. J’en veux pour preuve le message de la dernière page du tome 3 et cette métaphore de la main qui devrait faire réfléchir beaucoup d’entre nous.

Le dessin de Bess est empreint d’une grande maîtrise et possède une grande force d’illustration. On sent bien que l’auteur se veut aussi être le porte parole d’une certaine philosophie de vie et pas uniquement un simple conteur d’histoire.

La seule difficulté avec cette série, ce sont les termes employés et les différents noms utilisés tant pour les héros que pour les lieux ou situations. On se doit d’être un peu initiés avant ou alors, il faut être très attentifs lors de la lecture de ces albums. Cela reste une très belle saga dont le recoupage des scénarii nous laisse espérer encore pas mal de développements intéressants. (Jean)

Les commentaires sont fermés.