14/11/2006

Un homme est mort : Auteurs : Kris et Etienne Davodeau Edition : Futuropolis

un homme est mort1950. les bombardements massifs et les combats acharnés ont anéanti la ville, son port, son arsenal. Brest est quasi totalement détruit.
Il faut tout reconstruire et démarrer un immense chantier. De la ville fortifiée, aux ruelles étroites, une nouvelle ville va surgir, orthogonale, rectiligne, ordonnée, moderne, ce sera Brest-la-Blanche, qui deviendra très vite, Brest-la-grise.
Des milliers d'ouvriers travaillent sur les chantiers.1950. C'est la grève. Les chantiers sont immobilisés, les ouvriers de l'Arsenal rejoignent le mouvement. De violents affrontements surviennent lors des manifestations.
Le 17 avril, le drame se produit. La police tire sur la foule, blessant plus de vingt personnes et tuant un homme. Édouard Mazé.Le lendemain, appelé par la CGT pour tourner un film sur le mouvement, René Vautier débarque clandestinement à Brest (il est alors recherché par la police suite à un premier film documentaire, Afrique 50, témoignage sans concessions du système colonial français d'après guerre).René arrive dans une ville en état de siège. Le lendemain, ont lieu les obsèques d'Édouard Mazé.Une foule immense, un peuple entier accompagnera son cercueil

On peut très bien concevoir que la bande dessinée est avant tout un moyen de s’évader, une source de légèreté et un bon moyen pour égayer nos vies. Ceci n’empêche en rien le grand coup de chapeau pour cet ouvrage car il s’agit bien d’un ouvrage. Fidèle à la vérité de l’époque, cette histoire vrai illustre bien le climat du monde des travailleurs de l’après-guerre. Encore une histoire racontée avec les tripes par un Breton.C’est très intéressant et l’album se termine par un dossier complet des évènements.Un peu de vraies histoires sans féerie, ni elfe ou farfadet.
Comme toujours chez Futuropolis, l’objet est très bien fini avec une couverture pour le moins accrochante ! (Jean Evrard)

23:53 Écrit par Jean dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.