20/05/2006

Groom Lake : la psychanalyse de l'oubli

Birdy n’est pas uniquement le chef d’œuvre cinématographique d’Alan Parker, c’est aussi le nom de code d’un agent de la C.I.A. disparu fin 1979 en mission en territoire iranien. Est-ce pour oublier que son Birdy de père ne lui a laissé qu’un « R2D2 » comme souvenir que, 25 ans plus tard, Simon Wilson se fait appeler professeur Merid ? Et quel est le lien qui existe entre ce jeune enfant, échappé de ce laboratoire secret défense et ce fameux Birdy ?
Le tome 1 de Groom Lake vous donne les premières bases pour répondre à ces questions mais tout comme moi, vous resterez langue pendante d’impatience à connaître la suite ! Même si le dessin paraît un tantinet bâclé et peu précis, l’histoire se lit avec plaisir. Mention bien pour la couverture ! Jean Evrard.

20:35 Écrit par Jean | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.